1,231,821,020 de pixels : Et moi, dans tout ça ? share
back to to

1,231,821,020 de pixels : Et moi, dans tout ça ?

2 octobre 2013

Besoin de vous positionner sur la planète Facebook ? C’est à cette question que la net-artiste Natalia Rojas s’est attelée. Au travers d’une œuvre, « The Faces of Facebook », elle a mappé toutes les images des profils Facebook. Ça donne quoi ? Une page web en forme de mosaïque. Alors, simple œuvre artistique ou outil pour questionner Facebook ? 

Une fresque humaine

1,231,821,020 de pixels sur une page web. Ah non, ça c’était hier ? 1, 270, 837, 639, ce matin ! Ça bouge en temps réel. Des pixels ? À y regarder de plus près, ce sont des photos, nos photos de profil Facebook. Des data en libre accès que Natalia Rojas a réussi à compiler grâce à un algorithme. D’après Digital Trends, le plus difficile a été d’écrémer les utilisateurs inactifs. Les photos sont même représentées par ordre chronologique, d’après la date de notre arrivée sur le réseau social. Une manière de faire mémoire de nos traces numériques et de s’interroger sur la visibilité de nos données! Vous pouvez d’ailleurs tester en allant sur l’application, ici.

 

C’est une œuvre pour vous positionner parmi la multitude, à l’image de ce que nous propose la plateforme de data visualisation Visuel Complexy, ou encore le site E.diaspora Atlas. Il retrace les diasporas numériques, telles qu’elles apparaissent sur les réseaux. 

Trombinoscope géant : ça vous parle ?

Revenons aux débuts de Facebook. Le réseau a été réalisé dans l’objectif de devenir le trombinoscope virtuel des universités américaines. C’était un moyen de comparer les profils et photos de chacun. « The Faces of Facebook », représente désormais le trombinoscope mais à l’âge de la multitude. Ainsi cette visualisation nous rappelle l’activité d’origine de Facebook. Une activité encore plus que présente. 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email