A Disneyland, des bracelets transforment les Big data en grands profits share
back to to

A Disneyland, des bracelets transforment les Big data en grands profits

13 novembre 2013

Un milliard de dollars a été investi par Disney pour équiper ses parcs américains de capteurs sans contact courte et longue portée, et ses clients de bracelets en caoutchouc munis d’une puce RFID. Ce dispositif baptisé « MyMagic » récolte des informations sur les pratiques, les habitudes et les préférences des visiteurs tout au long de leur séjour, permettant à Disney de leur proposer une expérience augmentée… via des offres marketing hyper personnalisées. Explications avec Skift. 

Des capteurs permettant de savoir pour chaque client quelles sont les attractions visitées, les achats effectués dans les boutiques, les plats commandés au restaurant ou le temps passé dans l’un des hôtels du parc : c’est l’équipement que ce sont offert les parcs de loisirs Disney World aux Etats-Unis. A cela s’ajoutent, stockées dans la puce RFID, les informations que le client a souhaité communiquer au moment de sa réservation : nom, raison de sa venue (anniversaire…), etc.

L’usage qui sera fait de ces données promet à la fois une expérience visiteur augmentée et une nouvelle source de profits pour l’enseigne, qui pourra optimiser sa fréquentation et doper ses revenus. A partir de ces informations, Disney pourra par exemple adapter le prix et l’argumentaire de vente à chaque client pour les prestations annexes, ou mieux remplir ses restaurants en offrant une réduction ciblée pour chaque table vacante, à des clients passant à proximité et n’ayant réservé aucune attraction à cet instant. 

L’enseigne pourra aussi offrir des « moments de surprise personnalisés » tout au long de la visite, comme les comédiens du parc souhaitant un joyeux anniversaire à l’enfant d’un client en l’appelant par son prénom, partout où il passe – un genre de prestation qui peut être vendu comme un supplément : une famille peut ainsi payer pour un paquet d’une dizaine de moments « surprise et plaisir » qui se produiront tout au long des vacances.

Les Big data permettront encore de cibler les clients hébergés sur place mais ne consommant pas dans le parc au cours de la journée, ou de les faire revenir après leur séjour avec des offres spéciales sur les attractions qu’ils n’ont pas eu le temps de visiter. Sont même envisagées des publicités ciblées pour les produits Disney, au-delà de l’activité du parc : par exemple, pourquoi ne pas recommander un jouet « petite sirène » pour Noël a un enfant qui aura déclaré qu’il s’agit de son héros préféré, et visité plusieurs fois cette attraction dans le parc ?

Aux inquiétudes de certains fans concernant le respect de la vie privée, Disney oppose le fait que le port des bracelets est en option, et que les données personnelles ne seront pas vendues à d’autres sociétés – à moins que le client l’autorise expressément.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email