À Londres, un café sans réseau pour relancer les interactions sociales share
back to to

À Londres, un café sans réseau pour relancer les interactions sociales

23 mars 2015

221 : le nombre moyen de consultations de notre smartphone au cours de la journée. Histoire de réfréner cette pulsion et de préserver les conversations de toute perturbation technologique, un artiste canadien propose l’ouverture d’un café dépourvu de connexion. Une initiative relayée par FastCo.Exist.

L’avenir appartient-il aux établissements déconnectés ? Epargnés par les réseaux mobiles et Internet, ces derniers pourraient attirer une clientèle grandissante de personnes désireuses de se couper, le temps d’un café, des nouvelles technologies. C’est en tout cas l’opinion de Julien Thomas, artiste canadien concepteur du Faraday Café à Vancouver, à l’occasion d’une exposition.

Le concept, qui avait connu un succès important au Canada, devrait sous peu se matérialiser à Londres. Le principe ? Entourer le café en question d’une cage métallique invisible, en cuivre, chargée d’empêcher le passage des ondes électromagnétiques. Dès lors, impossible de recevoir des SMS ou de consulter ses notifications, le tout sans avoir pour autant l’impression d’être dans un espace confiné.

Décidé à susciter une réflexion autour des technologies sans fil, Julien Thomas compte ainsi mettre en avant le contraste entre espaces connectés et déconnectés, ainsi que leur influence sur nos propres conversations.

Une bonne façon de se désintoxiquer de son smartphone… Ou de diversifier les initiatives déconnexionistes. Avant la généralisation de ce concept à d’autres bâtiments ?

Plus d’informations avec l’article de FastCo.Exist.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email