Faut-il plutôt avoir peur des robots ou des algorithmes ? share
back to to

Faut-il plutôt avoir peur des robots ou des algorithmes ?

29 octobre 2015

Ils menacent nos emplois, quand ce n’est pas l’humanité tout entière : les robots sont-ils vraiment nos ennemis les plus redoutables ? Pour le New York Times, c’est plutôt des menaces pernicieuses des algorithmes dont il faudrait s’inquiéter…

« Si vous avez peur des robots, il suffit de garder la porte fermée« , ironisait en juin dernier l’un des participants au combat de robots particulièrement prestigieux de Pomona, organisé par l’unité de recherches scientifiques du Pentagone. Et pour cause : le test qui consistait à demander aux machines d’accomplir des tâches qu’un humain peut faire en 10 minutes a permis de constater, une fois de plus, l’écart saisissant entre l’espèce humaine et l’espèce robotique. Le robot le plus rapide a ainsi marché quelques pas, tourné une valve et opéré un perçage électrique en … 45 minutes.

Dans le royaume numérique en revanche, les algorithmes ont appris à supplanter les humains qui les créent en de nombreuses activités : reconnaissance faciale de milliers de visages, traduction simultanée de plusieurs langues ou même diagnostics médicaux. Si les scénarios catastrophistes de science-fiction ne sont pas près de se réaliser, la menace d’un monde guidé par les algorithmes pèse bel et bien : 

« Avec le temps, nous nous reposons tellement sur la technologie que même la médecine pourrait revenir à suivre aveuglément les indications d’un GPS qui mène votre voiture jusqu’à une fin de route mortelle« , analyse le chirurgien et professeur à Columbia Herbet Chase.

Plus d’informations avec l’article du New Yorker.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email