Ana Marie Cox, aka Wonkette, est de retour

28 septembre 2011

On est en 2012, et (feu) les blogueurs sont désormais devenus des commentateurs / chroniqueurs comme les autres, dont la prose est diffusée par les médias grand public.

 

Dernière illustration en date avec ce nom, qui parlera aux accros des blogs tendance canal historique : Ana Marie Cox, plume fondatrice de Wonkette, est de retour au clavier, mais elle écrit à présent sur le site du Guardian. 

 

Lundi 26 septembre, elle a publié un premier billet de blog, dans lequel elle annonce qu’elle chroniquera, pour la section Comment is Free du site du quotidien britannique, les élections présidentielles américaines de 2012. Depuis, trois billets sont déjà venus s’ajouter : du commentaire avant tout, plus que de l’info venue des coulisses.

 

Wonkette, né en 2004, adossé au groupe de médias en ligne Gawker (lire : Dans les veines de Gawker coulent le Web et les ragots… sur WIP / Slate.fr pour les présentations) jusqu’en 2008, ouvertement engagé, a été un immense succès.

 

Plusieurs facteurs expliquent cela : son ton ironique, à la limite de l’acerbe, en rupture avec les codes en vigueur parmi les chroniqueurs politiques de Washington. Sa capacité à balancer des infos volontiers off, voire … totalement limites. Et un rapport à la communauté – très – fort.

 

Juste pour se remettre dans l’ambiance, petit screenshot de l’allure de la homepage de Wonkette en avril 2006 – vous noterez aussi qu’il s’agit d’un outing de parlementaires dans les règles de l’art : 

 

 

La question à l’ordre du jour à présent : les écrits d’Ana Marie Cox vont-ils quitter le registre du gossip pour l’analyse politique ? Ou bien, à l’inverse, le Guardian profitera-t-il d’une signature extérieure pour relayer des infos non traitées dans ses colonnes ?

(photo : Ana Marie Cox, par Mirka23, licence CC)

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email