La géolocalisation (pas si) approximative des applications de rencontre share
back to to

La géolocalisation (pas si) approximative des applications de rencontre

21 janvier 2015

Si le principe d’anonymat est souvent au coeur des concepts d’applications de rencontre en ligne, des chercheurs en cybersécurité sont parvenu à lever le voile sur l’identité de certains utilisateurs. Explications avec la BBC.

Les sites et applications de rencontre ont du succès, et notamment en France où, d’après une étude Ifop-Terra Femina de février 2012, un quart des Français y auraient déjà eu recours. Sans doute sans savoir que la localisation approximative qu’ils partageaient était en fait plus précise que prévu. 

Deux chercheurs en cyber sécurité ont ainsi révélé avoir réussi à localiser et identifier très précisément des utilisateurs de ces applications. En temps normal, seule la distance entre deux utilisateurs est publique mais les chercheurs ont réussi à obtenir suffisamment d’éléments pour calculer par triangulation de données la localisation très précise de plusieurs utilisateurs.

En mettant ces informations obtenues en relation avec celles présentes sur différents réseaux sociaux, il devenait même possible d’identifier les utilisateurs. Si les chercheurs reconnaissent toutefois que l’exploitation de la faille n’est pas des plus faciles, ils mettent en garde contre l’usage qui peut en être fait. Un procédé qui n’est pas sans rappeler le projet « I know where your cat lives ».

Il semble d’ailleurs que cette faille ait été utilisée en Egypte. En réaction à ces révélations, le service de rencontre principalement destiné aux homosexuels Grindr a mis à jour son application afin de protéger ses utilisateurs dans les pays où l’homosexualité est, sinon illégale, source de menace. 

Pour plus d’informations sur le sujet, rendez-vous sur le site de la BBC.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email