Assistants personnels robotisés : quand la frontière entre l’humain et l’IA s’efface share
back to to

Assistants personnels robotisés : quand la frontière entre l’humain et l’IA s’efface

8 mars 2016
Ils sont les employés du mois. Au bureau, tout le monde loue leur travail. Leurs noms ? Amy et Andrew Ingram. Leur métier ? Assistants personnels dont le but est de programmer les rendez-vous de leur patron. Le hic ? Amy et Andrew sont des robots – bien imités, certes, mais pourtant issus à 100% de l’intelligence artificielle. Quartz nous raconte leur histoire.

C’est l’histoire de robots, Amy et Andrew, dont le seul but est de veiller à ce que le calendrier de leur employeur soit constamment à jour. Un travail qu’ils font si bien, et sans jamais se tromper, que nombreux sont les remerciements chaleureux et les sollicitations pour le moins courtoises à leur égard.

A tel point que tous, y compris le PDG lui-même, ne peuvent s’empêcher d’être des plus attentionnés : il n’est en effet pas rare qu’il débute ses mails par « Amy, voudriez-vous êtes assez gentille pour organiser tel rendez-vous ? », ou de retrouver dans les mails clients des phrases comme « merci Amy, vous êtes un ange ».

Sur le plan technique, l’efficacité remarquable d’Amy et d’Andrew pour ne jamais se tromper de date ou d’horaire se double d’un gain de temps de l’ordre d’une demi-journée : ainsi, si un humain met en moyenne 2,2 jours pour programmer une réunion, les robots tels que les Ingram en mettent moins de deux.

Un succès évident qui se traduit par des messages élogieux sur Twitter, de la part de clients tous abasourdis d’avoir eu affaire à un robot et non une personne humaine. Et qui promet un joli succès à l’entreprise x.ai, qui a l’intention de commercialiser ses assistants personnels robotisés dans le courant de l’année.

L’article est à lire ici dans son intégralité.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email