Avec Snapchat, le musée d’art de Los Angeles invite les visiteurs à détourner ses oeuvres share
back to to

Avec Snapchat, le musée d'art de Los Angeles invite les visiteurs à détourner ses oeuvres

29 août 2014

Loin de certains musées qui interdisent de photographier leurs oeuvres, le Los Angeles Museum of Art (LACMA) s’est mis sur l’application sociale Snapchat pour encourager cette pratique ainsi que les détournements, et faire de l’humour made in web. Une initiative que nous rapporte Hyperallergic.

LACMA, le musée qui s’était déjà illustré pour avoir exposé des gifs vient d’intégrer Snapchat – cette application tant appréciée des adolescents – pour se mettre à l’heure du web éphémère. Les visiteurs équipés de l’application peuvent accéder à des clichés des oeuvres, et le musée propose aussi son propre filtre pour leur permettre de personnaliser leurs clichés. Pour ce faire, le LACMA s’est appuyé sur la nouvelle option de Snapchat, Geofilter qui permet de modifier ses images avec des filtres exclusifs, accessibles uniquement dans certains lieux et fournis par des marques ou institutions.

Pour Maritza Yoes, le social media manager du LACMA, la décision de créer du contenu éphémère « est un excellent moyen d’atteindre un public plus jeune pour le musée, mais aussi un véritable outil à envisager comme une plate-forme de jeu, c’est à dire un endroit où nous pouvons créer des histoires et des expériences à travers le musée, la collection, et notre personnel. »

Cette expérience – avant tout marketing, puisque le nom du musée est intégré au filtre, a le mérite d’organiser la rencontre entre la culture du web et celle des musées… et de mettre à l’honneur les usages du « réseau des réseaux », à l’instar des commentaires qui apparaissent sur certains des clichés (voir l’image ci-dessous)

Pour en savoir plus, c’est ici dans l’article d’Hyperallergic ou directement sur le compte du LACMA, lacma_museum.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email