Baromètre Inria 2014 : les Français à la conquête du numérique share
back to to

Baromètre Inria 2014 : les Français à la conquête du numérique

14 mars 2014

« Déconnecté », « distant » ou total « homo numericus » : quel genre d’usager du numérique êtes-vous ? Réponse avec l’Inria et TNS Sofres, qui viennent de publier la deuxième édition de leur baromètre sur les rapports qu’entretiennent les Français vis-à-vis des nouvelles technologies.

Souvenez-vous : la précédente étude, publiée en 2011, définissait six comportements-types face à la révolution en cours. Un test en ligne vous permettait de savoir si vous étiez plutôt grand explorateur, baroudeur pragmatique, randonneur vigilant ou révolté du numérique…

 

Cette année encore, les résultats de l’étude sont racontés dans une infographie plutôt ludique. Anglée sous le titre « Le pouvoir d’agir », elle révèle une intéressante évolution des usages.

Le français, un Homo Numericus convaincu ?

Sans surprise, on découvre en premier lieu que l’ « Homo Numericus » – à savoir l’homme pour qui les outils numériques sont devenus indispensables, se porte bien. L’espèce a même doublé ses effectifs depuis 2011.

Le numérique est en effet perçu par les français comme étant de plus en plus utile, en particulier dans les domaines de la médecine et de la communication, ainsi que dans l’industrie, le commerce et les transports. Un message fort pour nos candidats au municipales, dont les programmes numériques sont un peu faibles sur ces domaines ?

Mais si les nouvelles technos trouvent largement grâce aux yeux de leurs nouveaux usagers, la sécurité sur internet – protection des données, vie privée et sécurisation des transactions financières – reste une préoccupation majeure pour les français.
 

L’ère de l’empowerment

Les conséquences des outils numériques restent cependant majoritairement positives, puisque ceux-ci sont avant tout perçus comme vecteurs d’accès à la connaissance, d’ouverture au monde, de capacité d’entreprendre et d’assouvissement de passions.

L’étude révèle une tendance essentielle : les français ne se satisfont pas d’être des utilisateurs passifs des outils numériques, mais veulent devenir acteurs, et être par exemple capables de comprendre les langages de programmation ou de produire et publier du contenu sur le web.
 

L’apprentissage du code paraît d’ailleurs de plus en plus important pour une large majorité et devrait même intégrer pour certains les programmes scolaires au lycée. In fine, le numérique constitue d’ailleurs un secteur d’activité très attractif pour les actifs comme pour les entrepreneurs.

L’adoption des nouveaux outils par le grand public est ainsi exponentielle, comme l’on pouvait s’y attendre. Un fait dont se félicite l’étude en rappelant que les usages des outils numériques reposent sur une interaction effective, au contraire d’autres médias, comme la télévision par exemple, qui encouragent davantage la passivité.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email