"Bescherelle ta mère !"

20 mars 2014

Le Bescherelle, ça vous rappelle quelque chose ? Un livre bien sérieux qui nous a accompagné sur les bancs de l’école et asséné sans relâche les fondamentaux de la conjugaison française des années durant. Et si le Bescherelle était une personne, s’exprimant par exemple via les réseaux sociaux… à quoi ressemblerait-il ?

L’ADN consacre un article à « Bescherelle ta mère », un compte Twitter haut en couleurs qui, depuis quelques semaines, réincarne l’ouvrage par la voix d’un justicier de l’orthographe. L’auteur, anonyme et armé d’un ton osant quelques gros mots, s’attaque à tout ce qui écorche notre langue sur Twitter et au-delà.

Capture et photos à l’appui, les fautes d’orthographes et coquilles sont traquées, montrées et moquées aux yeux de tous (Twitter oblige). @Bescherelle dresse ainsi quotidiennement, avec une ironie mordante l’inventaire des fautes des usagers des nouveaux outils et ce, pour le bonheur de tous. L’angle et le ton adoptés, touchant un public amateur d’humour grinçant et caustique, ont valu au compte 17 000 abonnés (à l’heure actuelle), seulement 3 semaines après son premier tweet.

Encouragé par ce succès, l’auteur élargit désormais sa gamme en s’attaquant aux personnalités qui s’expriment sur le réseau. Son courroux n’épargne ni les politiques, ni les journalistes, au risque de se faire voir parfois d’un mauvais œil :

Mais assez vite, le compte attire l’attention des éditions Hatier, éditeur du « vrai » Bescherelle, dont la marque se trouve à proprement parler usurpée par l’auteur du compte parodique. L’entreprise, sensible à l’humour des publications, cherche à trouver un terrain d’entente avec l’auteur. L’article de l’ADN, qui rapporte les propos de la Directrice marketing de la collection, indique même que la maison d’édition aurait pensé un moment proposer à l’auteur des tweets un poste de community manager. Idée cependant « vite oubliée » au profit de celle d’une cohabitation pacifiste – mais dissociée – entre le compte parodique et le compte officiel.

Désireuses d’ouvrir un compte officiel, les Editions Hatier envisagent même de faire appel à l’auteur du compte parodique pour le lancement. Une réaction innovante et intelligente qui révèle, de la part du groupe, une vraie compréhension de la culture web. En effet, comme nous l’évoquions précédemment, le troll n’est pas toujours négatif et peut s’avérer, on le voit, être un relais intéressant pour une marque sur Internet.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email