Bientôt la fin du « mode avion » ?

31 décembre 2012

Le mode avion vit-il ses derniers jours ? On pourrait le croire, à lire la fronde que mène Nick Bulton, du New York Times, au fil de ses articles contre la Federal Aviation Administration (FAA) américaine. Selon le journaliste, l’interdiction d’utiliser des appareils électroniques pendant le décollage et l’atterrissage des avions serait tout à fait injustifié… et ses arguments commencent à porter. 

Des passagers expulsés des avions, ou même frappés par un stewart excédé : l’interdiction d’utiliser des appareils électroniques pendant le décollage et l’atterrissage suscite souvent des tensions. Et pour cause : quand utiliser nos précieux appareils sert aussi à combler des temps morts, et que même en vacances, la déconnexion devient difficile, voire angoissante pour certains, cette « mesure de sécurité » peut avoir des airs de « punition » pour les voyageurs. 

En fait de mesure de sécurité, on devrait plutôt parler de principe de précaution. Et c’est justement ce qui irrite Nick Bulton : 

« La FAA n’a aucune preuve lorsqu’elle prétend que les ondes des appareils électroniques peuvent endommager les appareils des avions, mais elle continue quand même à répandre cette peur irrationnelle parmi des millions de passagers », proteste-t-il, expliquant que cette interdiction n’est fondée que sur une pure « spéculation des pilotes ».

Et le journaliste, qui s’appuie sur un rapport de la NASA, de relever la « mauvaise foi » de l’administration aéronautique – qui s’est récemment félicitée d’avoir équipé le personnel navigant en manuels de vol… électroniques.

> La mobilisation porte ses fruits

Récemment, le feuilleton a semblé rebondir, puisque Julius Genachowski, le Président de la Federal Communications Commission, a envoyé une lettre à la FAA, indiquant qu’il était de sa responsabilité d’autoriser les tablettes, liseuses électroniques et autres outils numériques à bord des avions. La lettre précisait qu’il en irait de la « productivité des petites et grandes entreprises » et donc de la « compétitivité de l’économie américaine »…

Une semaine plus tard, la sénatrice démocrate du Missouri Claire McCaskill y est également allée de sa contribution, soulignant que le public était « de plus en plus sceptique » sur la pertinence de l’interdiction, et qu’elle allait « recourir à des solutions légales » si l’administration n’agissait pas rapidement. 

En réponse, un porte-parole de la FAA aurait annoncé à Nick Bulton qu’elle rouvrira ce dossier en réunissant un comité dès janvier. 

Alors, bientôt la fin du mode avion sur nos téléphones ? Probablement pas, puisque la fonctionnalité est aussi utile en-dehors des temps de vol. Mais si la FAA lève l’interdiction – et pour peu que les avionneurs du monde entier suivent les compagnies américaines – le bouton pourrait bien être amené à changer de nom dans les années à venir, sous peine de faire référence à une pratique obsolète…

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email