Ces artistes qui verrouillent leur musique en ligne share
back to to

Ces artistes qui verrouillent leur musique en ligne

22 avril 2014

Internet rend la musique plus accessible… sauf quand les artistes en ont décidé autrement : pour lutter contre la démonétisation de leur art par l’effet du téléchargement illégal, des musiciens développent des techniques de distribution limitée, et inventent une rareté artificielle en réservant leur musique à quelques afficionados fortunés. Le point avec Libération.

« Ce qui est rare est cher » rappelle le journaliste. Il revient au passage sur le cas de l’album (presque) secrètement enregistré du collectif hip-hop américain Wu-Tang Clan. Tiré à un exemplaire unique, placé dans un coffret d’argent et caché au Maroc, l’objet sera dans quelques mois accessible au plus offrant, probablement pour une belle petite somme.

Plus récemment, c’était au tour du compositeur électro Aphex Twin de mettre en vente sur Internet un disque inédit, tout pareillement pressé en exemplaire unique, dont la sortie avait été annulée. Cette fois, les internautes ont refusé de se voir privés de cette exclusivité et une communauté de fans a obtenu de rendre accessibles certains titres en téléchargement limité sur le site de crowdfunding Kickstarter. Les héros de cette réussite, ce sont des utilisateurs de We Are The Music Makers (WATMM), premier forum de discussion sur la musique électronique. Les membres, admirateurs de l’artiste pour la plupart, ont réussi à négocier 500 téléchargements du disque à 16 dollars le téléchargement. Une offre to the happy few certes, mais qui reste plus accessible que le disque physique, mis en vente sur le Web au prix de 13 500 dollars.

Aurait-on trouvé là une issue à la cause des artistes, qui se voyaient déjà définitivement spoliés par Internet et le téléchargement illégal de leurs oeuvres ? Faut-il en passer par la restriction, par la quantité et le prix, de l’accès aux morceaux pour assurer la gloire des artistes ? Les plus grands artistes seront-ils in fine ceux qui ont le moins de public ? 

Pas sûr. Le succès des titres devrait continuer d’être fonction de leur capacité à circuler et à être partagés : la campagne Kickstarter l’a rappelé en offrant une existence à des morceaux qui seraient autrement tombés dans l’oubli. Elle a également montré que les internautes ont souvent le dernier mot dans ce genre d’affaires puisque, comme le fait remarquer Ibtimes, les titres de l’album d’Aphex Twin ont depuis été mis à disposition de tout un chacun en téléchargement – toujours payant – mais illimité. Fair enough

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email