Ces restaurateurs qui épient leurs clients pour mieux les servir share
back to to

Ces restaurateurs qui épient leurs clients pour mieux les servir

14 avril 2014

Le stalking, cette technique qui consiste à fouiller la vie d’une personne à travers les traces qu’elle a laissées d’elle sur Internet, n’est pas l’apanage des employeurs indiscrets : des restaurateurs new-yorkais s’y mettraient pour offrir un « meilleur service » à leurs clients, relate un article de Slate.

Trouver un restaurant sur un moteur de recherche en fonction des évaluations des clients est une pratique tellement courante qu’elle a donné naissance à bon nombre de services de critique gastronomique en ligne. Moins courante en revanche est celle des restaurateurs qui recueillent des informations personnelles sur leurs futurs clients. Pourtant, Justin Roller, maître d’hôtel au prestigieux restaurant Eleven Madison Park à New York s’y livre régulièrement.

Une photo de vous et de vos amis attablés autour d’une bonne bouteille a été postée sur Instagram ? Il se chargera naturellement de faire venir un sommelier pour vous conseiller. Votre date de naissance figure sur votre profil LinkedIn ? Il vous accueillera en vous souhaitant un joyeux anniversaire si le jour de votre réservation s’y prête.

Que penser de cette démarche apparemment pleine d’attentions et de bonnes intentions, qui permettrait d’offrir un service personnalisé de qualité ? Pour Catherine de Orio, critique culinaire, tout cela relève plus d’une surveillance à la « Big Brother ». Et les propos tenus par le restaurateur Nick Konokos, qui affirme avoir eu affaire à des « situations intéressantes » (c’est-à-dire où il savait qu’un client invitait sa maîtresse et non sa femme), ne viennent pas la contredire.

A-t-on vraiment envie d’aller au restaurant en sachant que les professionnels qui nous servent connaissent autant de détails personnels ? De nombreux new-yorkais, scandalisés par ces manières, appellent au boycott de ces restaurants indiscrets, car à l’heure où la vie privée est virtuellement menacée, beaucoup espèrent que la réalité offre encore quelques havres de paix. 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email