Ces chercheurs qui militent pour des articles en ligne libres de droits share
back to to

Ces chercheurs qui militent pour des articles en ligne libres de droits

12 février 2016

Pour lutter contre le monopole des plateformes payantes d’accès aux articles scientifiques, des chercheurs s’organisent. Explications avec The Atlantic.

« Nous autres universitaires menons les recherches, écrivons les papiers, nous référons aux articles des confrères, nous réunissons en comités éditoriaux, tout cela gratuitement… Et ensuite nous devons payer le résultat de notre travail à un prix démentiel« , se plaignait déjà en 2012 Robert Darnton, de l’Université d’Harvard au Guardian.

Si Internet était à ses débuts prévu pour faciliter le partage de savoirs scientifiques, nous serions bien loin du compte selon de nombreux universitaires. La société Elsevier contrôle ainsi l’accès à plus de 2 000 revues, obligeant les chercheurs qui souhaitent les consulter à souscrire à une offre que seules de grandes universités peuvent se permettre. En la matière, même la première université au monde -Harvard- reconnaît rencontrer des difficultés financières pour continuer d’accéder aux articles de la communauté scientifique, pourtant indispensables aux progrès de la recherche.

Une situation jugée insupportable pour Alexandra Elbakyan, étudiante qui a mis au point Sci-Hub, une plateforme pirate de partage de ressources scientifiques. Concrètement, lorsqu’une recherche d’article est effectuée, Sci-Hub va se connecter au réseau d’un établissement possédant un abonnement à la revue en question pour télécharger le document (illégalement).

L’utilisation du hashtag #icanhazpdf est aussi particulièrement employée sur différents réseaux pour faciliter le partage d’articles entre confrères. Jusqu’au renversement du modèle économique actuel ?

Plus d’informations avec The Atlantic.

 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email