Cheryl Contee ou la lutte pour les droits civiques 2.0 aux États-Unis share
back to to

Cheryl Contee ou la lutte pour les droits civiques 2.0 aux États-Unis

25 octobre 2011

RAPPEL – RSLN organise, mercredi 16 novembre, un après-midi d’échanges et de réflexions, intitulé « Du web en politique : que nous réserve 2012 ? » – pour vous inscrire, c’est par ici.

En attendant, nous vous proposons un petit tour d’horizon des participants à l’évènement : après Marko Rakar et son expérience de bloggeur politique en Croatie, partez à la découverte de Cheryl Contee, bloggeuse et activiste américaine.

On peut facilement trouver Cheryl Contee sur le New York Times, le Washington Post, la BBC, CNN ou parmi les femmes les plus influentes en matière de technologie. Mais, rien de tout ça ne la décrit vraiment : Cheryl Contee est avant tout une blogueuse

Tout commence en 2006, lorsqu’elle lance Jack & Jill Politics, un blog politique au sous-titre osé : « a black bourgeoisie perspective on U.S. politics » soit « un point de vue de la bourgeoisie noire sur la politique américaine »

L’objectif initial est assez simple : le blog cherche à lutter contre le « fossé digital » qui divise les Etats-Unis, et plus particulièrement les Afro-Américains et les publics « blancs », au centre de l’attention des nouveaux médias en ligne. 

La cible était donc plutôt la classe moyenne afro-américaine, intéressée par la politique et se sentant plus qu’éloignée des stéréotypes véhiculés sur leur communauté par les médias traditionnels, de la superstar à l’image de Jay-Z ou de Michael Jordan jusqu’aux dealers et autres gangsters.

C’est dans ce contexte qu’elle a réuni autour d’elle, des politiques, des geeks et des citoyens pour proposer un regard nouveau sur les Etats-Unis, grâce aux médias digitaux. 

Tous restent, au début, anonymes : dès le lancement, Cheyl Contee et son co-fondateur Baratunde Thurston décident d’utiliser des pseudonymes, pour protéger leurs carrières et leurs réputations. Ils deviennent alors respectivement Jill Tubman et Jack Turner : 

« Il y avait une certaine crainte de notre côté. Personne n’avait fait cela avant, les enjeux étaient très importants pour nous » explique-t-elle.

Mais les soutiens se font rapidement nombreux, notamment parmi d’autres blogs mais également de la part de médias plus traditionnels, à l’image du New York Times qui salue la diversité et l’originalité de l’expérience. Ce mélange des points de vues et des opinions est, pour Cheryl Contee, ce qui a permis au site d’émerger et d’apporter une nouvelle voix en ligne de « junkies » de la politique, mêlant les cultures et les expériences, qui n’ont pas peur de s’élever contre les schémas médiatiques traditionnels.

En 2008, elle décide d’abandonner son pseudonyme et commence à écrire sous son vrai nom pour « s’engager auprès de la communauté que nous avons réussi à créer autour de Jack & Jill Politics » :

« Nous sommes l’un des premiers blogs noirs, c’est important que les gens voient notre visage. Et avec la médiatisation et la communauté autour du blog, je ne pense pas que je puisse être mise sous pression pour écrire quelque chose que je ne veux pas ou pour ne pas pouvoir le faire sur un sujet qui me tient à cœur. »

C’est dans cette liberté d’opinion et d’expression qu’elle ancre le site, qu’elle voit comme un moyen d’encourager la participation des citoyens à la vie politique et une façon de faire évoluer les discours, en faisant émerger de nouvelles thématiques. 

Le blog est devenu un point central dans la lutte « 2.0 » pour les droits et les libertés fondamentales américaines, sur lequel se retrouvent désormais près d’une vingtaine d’auteurs. Résultat le contenu est – très – riche, avec parfois plus de quatre articles de fond par jour, sur des sujets aussi variés que la justice, la politique, le sport ou l’immigration.

En fait, avec la médiatisation croissante du site, son objectif a un peu évolué : il n’est plus limité à la seule population afro-américaine  mais a bel et bien pour idée de changer la société américaine dans son ensemble. En témoigne la large part des visites sur son site qui ne vient pas de cette communauté et qui permet une « collaboration multiculturelle » comme elle l’appelle.

Quel rôle joue alors précisément les nouveaux médias et Internet dans ce phénomène d’ouverture, de mobilisation et de démocratisation ? Un rôle clé pour Cheryl Contee : « c’est le mécanisme que les gens utilisent pour faire sauter les barrières qui les limitaient auparavant, pour se libérer et s’exprimer ».  

De quel manière ? C’est ce qu’elle nous expliquera mercredi 16 novembre prochain

> Pour aller plus loin :

– « Cher internet politique …  » : notre invitation à la rencontre du 16 novembre, intitulée Du web en politique, que nous réserve 2012 ?
– Le programme des échanges du mercredi 16 novembre : 

 

RSLN - Du web en politique : que nous réserve 2012 ? 

– Tous nos articles sur le couple nouvelles technos – politique,
– Retrouvez notre enquête sur la progressive affirmation du phénomène e-démocratique, publiée en décembre 2009, mais qui reste largement d’actualité :

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email