Cinq projets numériques au service du développement share
back to to

Cinq projets numériques au service du développement

14 janvier 2013

Les médias sociaux et les nouvelles technologies mobiles redéfinissent nos possibilités d’action et de prise de parole. Plus encore, ces nouveaux outils offrent de nouvelles possibilités en termes de développement. Petit tour d’horizon des innovations et services qui ont retenu l’attention du Guardian qui leur consacre un article.

> Les financements de la Banque Mondiale en 2 clics

Vous voulez savoir ce que la Banque mondiale fait de son argent ? Où sont situés les projets de développement qui bénéficient de ses financements ? Quel est le montant de ses décaissements ? C’est pour répondre à ces questions que la Banque Mondiale a mis en place un site permettant aux utilisateurs de découvrir l’ensemble des projets qu’elle soutient au niveau mondial

Pour Sam Lee, membre de l’équipe de lancement : « c’est aussi un bon moyen pour les utilisateurs de partager leurs connaissances sur des projets ou de rapporter certaines situations de fraude ou de corruption »

> Lutter collectivement contre la corruption 

Tel est l’objectif de la plateforme de crowdsourcing « I Paid a Bribe ». Comment ça marche ? Chaque utilisateur rapporte anonymement un acte de corruption vécu, via le site, par mail ou SMS.

Les informations récoltées sont ensuite utilisées pour sensibiliser les publics aux enjeux d’une gouvernance plus transparente. Actuellement accessible pour l’Inde, la Grèce, le Kenya et le Zimbabwe et la plateforme sera bientôt présente aux Philippines et en Mongolie.

> Crowdsourcer les meilleures pratiques agricoles

 

Améliorer le rendement agricole : telle est l’idée de départ du site collaboratif Digital Green. Développée par des investisseurs étrangers et le gouvernement indien, cette plateforme propose aux agriculteurs indiens de partager des innovations agricoles.

Pour améliorer l’échange entre les 125 000 agriculteurs – dont 70% de femmes –, le réseau social Farmerbook permet ensuite aux agriculteurs répondre aux questions des autres membres, et de suivre leur e-influence.

Un projet qui nous rappelle SmartAgro, une initiative développée par de jeunes étudiants dans le cadre d’Imagine Cup, pour lutter contre la faim dans le monde.

> Du crowdfunding en faveur des femmes

Les femmes sont souvent les premières victimes des situations de sous-développement. Pour remédier à cette situation et encourager l’amélioration de leurs conditions de vie, Catapult a lancé une plateforme de crowdfunding spécialement consacrée au financement de projets de développement à destination des filles et des femmes.

Les projets sont multiples et variés, de l’ouverture de centres pour les femmes enceintes au Sierra Leone jusqu’à des initiatives plus larges pour faire se rencontrer des filles de l’Union Africaine et des pays du G20.

> Un chat en direct avec sa ministre de la santé !

Echanger en direct avec la Ministre de la santé nationale, au Rwanda, c’est possible ! Chaque lundi, Agnes Binagwho propose à ses « followers » un chat en direct sur Twitter pour répondre à toutes leurs questions, en utilisant le hashtag #Ministermondays. Au programme : plus de transparence sur l’action du gouvernement pour toutes les questions de santé.

Le dispositif a même été pensé pour les habitants qui n’ont pas accès au réseau, la Ministre proposant des échanges par SMS.

Que retenir de ces quelques exemples d’utilisation du numérique au service du développement local ? Sans doute qu’à toutes les échelles, les relations sont bouleversées par l’usage des nouvelles technologies et qu’elle sont permis de considérablement réduire toutes les formes de distances, facilitant les communications et donc la circulation des idées et initiatives.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email