Acheter un compte sur les réseaux sociaux, nouvelle étape dans la diplomatie 2.0 ? share
back to to

Acheter un compte sur les réseaux sociaux, nouvelle étape dans la diplomatie 2.0 ?

14 septembre 2010

« Israël a acheté le nom d’utilisateur @israel sur Twitter […] à son propriétaire, un espagnol également propriétaire d’un site pornographique, dans une transaction inhabituelle […] ».

C’est par cette petite phrase factuelle que débute un article plutôt intriguant, en provenance du bureau de Madrid du New York Times. D’après Raphaël Minder et Ethan Bronner, deux journalistes qui semblent respectivement couvrir l’actualité espagnole et israëlienne pour le quotidien américain, Israël aurait en effet procédé à une transaction pour récupérer le nom de compte "@Israel", qui, écrit le journal, était jusqu’à présent squatté par un espagnol vivant à Miami.

Le New York Times, qui précise que l’information a d’abord été révélée, début septembre, par des journaux espagnols, dont Publico, appuie son article sur deux sources :

  • Israel Meléndez, le fameux Espagnol, qui explique être arrivé sur Twitter en 2007 : « Mon compte n’était pas utilisé, parce qu’il recevait trop de messages d’erreurs, envoyés par des personnes croyant qu’il appartenait vraiment à l’Etat d’Israël », dit-il, dans le New York Times.

Toute l’histoire semble d’ailleurs avoir débuté avec ce message, posté sur Twitter par Israel Meléndez, depuis son compte professionnel, le 26 août, expliquant :

« Ceux qui me suivaient pour le compte de @israel peuvent arrêter. Je l’ai vendu et il appartient maintenant à l’état d’Israël. »

  • Yigal Palmor, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères israéliens, qui confirme l’achat : « Ce n’était pas pro-bono ». Et explique : « Nous étions persuadés que nous pourrions en faire un meilleur usage qu’il ne le faisait. »

A noter que Publico évoque même une vente « à cinq zéros ».

Néanmoins, nous pouvons soulever deux petites interrogations, à ce stade :

  •  Les règles d’utilisation de Twitter interdisent clairement la revente d’un compte – du moins, sans intervention de Twitter :

    « A moins d’en avoir reçu expressément l’autorisation dans un accord séparé avec Twitter, l’utilisateur s’accorde à ne pas reproduire, dupliquer, copier, vendre, échanger ou revendre les Services pour quelque raison que ce soit. »

  • Le compte @Israel semble actif depuis de longs mois !

> Si la vente devait être confirmée, et de sucroît au montant indiqué, elle soulignerait définitivement l’importance des réseaux sociaux dans les politiques de communication des Etats.

> Si elle était infirmée, elle serait une sorte de répétition de la cacophonie autour de l’arrivée sur Facebook et Twitter de la Corée du Nord, à la fin du mois d’août.

>> A suivre …

MàJ, le 15 septembre :

La transaction a bien été confirmée par les autorités israéliennes, qui ont, en revanche, infirmé le montant la vente « à cinq zéros » : Israël aurait déboursé 3.000 dollars pour le compte.

Comme le souligne europe1.fr, une inconnue demeure dans l’histoire : la position de Twitter. L’entreprise a-t-elle vraiment facilité cet échange d’argent bien réel pour un compte immatériel ? Le transfert de messages anciens le laisse en tout cas penser, relève ecrans.fr.

Un peu plus léger, sur le site Owni, vous retrouverez un mini-benchmark des différents comptes portant des noms de pays : surprises garanties.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email