[Antisèche] C'est quoi le transmédia ?

4 septembre 2013

Alors que les chaînes de télévision françaises font leur rentrée, de nouveaux programmes apparaissent dans leurs grilles. À l’image d’autres médias tels que la presse par exemple, la télévision tente de développer de nouveaux formats pour engager davantage les spectateurs et renouveler leur offre tout en s’adaptant aux usages issus des cultures numériques.

Depuis quelques années maintenant, nombreux sont les professionnels des médias à avoir misé sur des programmes « transmédia ». Et ce nouveau type de contenus semble également séduire les annonceurs. Mais de quoi s’agit-il ? L’antisèche d’RSLN répond à la question.

Le transmédia, une histoire de narration

Un contenu au format transmédia se décline sur plusieurs médias, ou plateformes,  à la fois : une télévision, un écran d’ordinateur et un smartphone par exemple.

Chaque support est donc un espace dédié à une partie de la narration. Ils se répondent et forment ainsi une histoire ludique pour le spectateur.

S’il a fait son apparition en France il y a quelques années seulement, Henry Jenkins, professeur à l’Université de Californie du Sud évoquait déjà le terme en 2002. C’est The Rabbit Hole, le site de l’actualité transmédia qui le cite :

« [Le transmédia est ] un processus par lequel les éléments d’une fiction sont dispersées sur diverses plateformes médiatiques dans le but de créer une expérience de divertissement coordonnée et unifiée.« 

On distingue donc le transmedia du cross-media qui consiste à mobiliser plusieurs médias, la télévision, la radio, les affiches, le street marketing, ou encore Internet autour d’un même thème.

On peut rappeler par exemple la campagne de publicité de Clear Channel, #United4th, pour la fête nationale américaine que nous vous relayions sur RSLN.

Une histoire entre fiction et réalité

Les fictions transmédia gravitent entre deux mondes en mêlant assez souvent fiction et réalité.

C’est en jouant sur la porosité entre les deux sphères que les auteurs réussissent à créer l’immersion. Ces fictions font donc régulièrement appel aux réseaux sociaux pour toucher les internautes dans leur quotidien. Certains sont mêmes prêts à vous envoyer des SMS pour vous tenir au courant de l’avancée de l’histoire dans laquelle vous jouez un rôle, pour vous inciter à intervenir.

On peut citer par exemple  la web-série Alt-Minds co-produit par Eric Viennot, Orange et Lexis Numérique par exemple – et dont vous pouvez voir la bande-annonce ci-dessous. Suite à la disparition de cinq scientifiques, les internautes sont donc amenés à mener l’enquête sur tous les médias qui sont mis à leur disposition. Une « fiction totale » pour l’auteur de la fiction qui déclarait au Live Orange Blog :

« Altminds, c’est la réunion du jeu vidéo, des réseaux sociaux et des séries tv, car je suis persuadé que les séries tv vont être connectées Internet. Ce qu’on fait avec Altminds préfigure ce que sera les séries dans cinq à dix ans. »

Plus récemment, « About Kate« , diffusé sur Arte, a également marqué les esprits. Dans cette série, les internautes pouvaient assister à la thérapie de Katherine, 29 ans, dépressive et en quête d’elle-même. Mais ils étaient également invités à participer en traquant l’activité de Katherine sur Internet et en proposant des contenus vidéo, dont les meilleurs ont été intégrés à la série.

Qui sont les acteurs du transmédia en France ?

Vous l’aurez compris, écrire un scénario transmédia change les cadres traditionnels de l’écriture. On considère donc souvent les auteurs comme des « architectes narratifs » capables d’imaginer l’histoire sur différents médiums.

Plusieurs boîtes de production s’y sont mises, à l’image de la Générale de production par exemple. Mais la France possède un vivier de jeunes entreprises très dynamiques dans le domaine comme Bigger than fiction par exemple, dont nous vous relayions le projet Les bâtisseurs de Cathédrale, et qui en a fait son coeur de métier.

Les professionnels du secteur se rassemblent également au sein de l’association Transmedia Immersive University (TIU), qui organise par ailleurs le festival I Love Transmédia pour débattre de l’avenir de la profession et partager leurs expériences sur l’essai de nouveaux formats.

Et pour découvrir le transmédia à la rentrée, les initiatives ne manquent pas : France Télévisions lance la série « nativement transmédia » Cut. Mais plus encore, la première Transmedia Week se tiendra du 26 septembre au 5 octobre prochain. À vos agendas !

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email