[Interview] Aurélie Filippetti : « les cultures numériques modifient la politique culturelle elle-même » share
back to to

[Interview] Aurélie Filippetti : "les cultures numériques modifient la politique culturelle elle-même"

10 juin 2014

Musique électronique, jeux vidéo, oeuvres des musées numérisées sur Internet… Le numérique bouleverse et transforme la diffusion de la culture comme le processus de création des œuvres. Si certains considèrent qu’il sonne le glas des supports traditionnels, la Ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti estime qu’il est « une chance pour la démocratisation de la culture ». Entretien.


Après un automne rythmé par un atelier mash-up et un grand hackathon
, le Ministère de la Culture et de la Communication a une nouvelle fois brandi l’étendard du numérique lors de l’opération Silicon Valois en mai dernier. L’objectif : rassembler des profils très différents (artistes, entrepreneurs, designers…) dans un espace de coworking unique dédié à la création.

L’occasion de questionner la place occupée par les cultures numériques au sein des industries culturelles et d’inscrire la politique du ministère dans une logique d’open government.

Le numérique, un levier pour un gouvernement ouvert

Il n’est pas surprenant que les outils et les nouveaux usages propices à la création en réseau aient investi le ministère. Pour Aurélie Filippetti, que nous avons rencontrée lors de la cérémonie de clôture de l’opération :

« Les pratiques des cultures numériques modifient la politique culturelle elle-même en la rendant plus accessible.« 

C’est donc à l’institution d’agir et de s’adapter au monde dématérialisé qui l’entoure. Le 16 mai dernier, le Ministère de la Culture avait fait un premier pas vers le monde de la création numérique en ouvrant ses données, et s’était engagé en faveur des licences Creative Commons. Des principes de « gouvernement ouvert » prônés lors de la Conférence de Paris et dont nous vous parlions récemment.

« Au moment de l’Automne Numérique, nous avions pu libérer plus de 150 jeux de données, nous a précisé la Ministre. Maintenant il faut que l’on permette de bonnes utilisations de celles-ci dans un esprit démocratique.« 

En s’invitant ainsi au Ministère, les cultures numériques sauront-elles inspirer de nouvelles politiques culturelles ? A l’heure où le Ministère envisage de lui faire prendre la route afin d’investir les régions, gageons que c’est une histoire à suivre…


Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email