Bienvenue dans le monde du « tout numérique »

12 mai 2011

Et si les plantes pouvaient parler sur les réseaux sociaux ? Ou les caméras, deviner notre âge et nos humeurs, simplement en nous filmant ? Non, ces objets ne sont pas issus de la science fiction. Bien réels, ils font partie de l’exposition « Tous connectés ? Enquête sur les nouvelles pratiques numériques », visible jusqu’au 31 décembre 2011 à la Cité des sciences et de l’industrie.

Son objet : dresser un état des lieux de la révolution numérique et imaginer la société de demain, dans un monde où les nouvelles technologies investissent chaque domaine de la vie quotidienne.

Un lieu physique, donc, qui matérialise ces fameux enjeux numériques que l’on évoque quotidiennement sur RSLN.

Petit avant-goût de ce que l’on peut y voir :

> Le numérique dans tous les aspects de la vie

La première découverte de l’exposition est … une fougère. A priori inoffensive, elle est pourtant capable de hurler sur les réseaux sociaux. Une sonde, placée dans son pot, mesure le taux d’humidité de la terre. Quand elle a soif, la plante envoie un message d’alerte : « Urgent ! Arrosez-moi ! » sur le compte Twitter et sur le téléphone de son propriétaire. Une illustration peut-être anecdotique, mais sans doute la plus révélatrice de la numérisation de notre quotidien.

Organisée en six îlots – correspondant chacun à une grande thématique, des « rouages de l’innovation » à « l’échelle nanoscopique », en passant par le « développement durable » –  l’exposition présente  plusieurs objets intelligents et innovants, qui attisent la curiosité des visiteurs : du drone pilotable par smartphone aux puces sous-cutanées (pour l’instant réservées aux animaux).

> Toujours plus d’innovation

Pour mesurer concrètement l’ampleur de la révolution numérique, et illustrer les débats sur ce que réserve l’avenir, l’exposition effectue également un retour sur les dernières décennies et envisage le futur autour d’un thème central des nouvelles technologies : l’innovation.

L’occasion d’admirer une collection de téléphones portables, dont les premiers spécimens semblent aujourd’hui dater du néolithique, ou d’apprendre l’origine du mot ordinateur, inventé en 1955 par… un professeur de philologie latine à la Sorbonne !

L’exposition recense également plusieurs innovations récentes : une imprimante 3D qui donne forme à petits objets dessinés sur ordinateur et des cartes de jeux en réalité augmentée qui révèlent une image lorsqu’on les passe devant la caméra. Un aperçu de ce qui commence déjà à investir nos pratiques numériques.

Et demain ?

Aux côtés de ces nouveaux objets, on dresse un rapide état des lieux des futurs grands axes de la recherche : des travaux orientés, pour les utilisateurs, vers des surfaces interactives : tables, murs, ou portes, par exemple ; de nouveaux canaux d’information à partir du son et de la lumière ; ou encore vers plus de tangible, c’est-à-dire de plus en plus d’objets réels et manipulables.

Arrêtez-vous un instant sur les systèmes nanoélectroniques. Grâce aux progrès technologiques, les chercheurs peuvent à présent manipuler directement les atomes, et aller ainsi plus loin dans la création de systèmes intelligents.

> Une société « tout numérique », ça donne quoi ? 

« Tous connectés ? » s’attache à répondre à une question omniprésente dans la réflexion sur la société de demain : à quoi va ressembler un monde où le numérique est présent dans tous les domaines de la vie ? 

L’exposition reprend un thème central des débats sur l’avenir : le développement durable. La diffusion et l’utilisation massives de produits numériques entraîne une augmentation de la consommation d’énergie, et bien sûr, une accumulation toujours plus importante de déchets électroniques. Un îlot de l’exposition invite à prendre du recul sur ces enjeux environnementaux, et imagine des pistes pour l’avenir. L’une d’entre elles : l’électronique organique, qui utilise des polymères et composés organiques, donc recyclables ou biodégradables, mais au rendement encore trop faible par rapport aux circuits existant.

Plus loin, un espace se consacre entièrement aux enjeux du numérique dans notre vie privée. Préservation des données, droit à l’oubli, traçabilité et liberté : les interrogations qu’ouvrent les nouvelles pratiques sociales sur le Net son nombreuses et ne cessent d’agiter débats, polémiques et inquiétudes, spécialement depuis le développement des réseaux sociaux.

Une animation illustre ces questions : une caméra détecte les visages des visiteurs, et détermine à partir de leurs traits et de leurs expressions l’âge, le sexe, et même les humeurs de ces personnes. Une installation ludique qui pousse tout de même à la réflexion : et si de tels procédés étaient utilisés à des fins marketing, dans une vitrine par exemple ? Une  vraie matérialisation de nos interrogations sur l’usage des nouvelles technologies.

Tout au long du parcours, des experts du numérique interviennent en outre, par vidéo, et pour décrypter l’impact des nouvelles technologies sur la société.

« Les technologies du numérique peuvent-elles présenter des menaces pour la vie privée ? » ; « Pensez-vous que les jeunes, nés à l’ère de l’Internet, vivent et agissent dans le monde différemment ? » ; « Les technologies numériques renforcent-elles l’autonomie des personnes ou les rendent-elles plus dépendantes ? »

Voilà quelques exemples des questions auxquelles Daniel Kaplan, Délégué général de la Fondation Internet Nouvelle Génération (Fing), Eric Fleury, (professeur à l’Ecole normale supérieure de Lyon), Stéphane Hugon, sociologue, et bien d’autres, traitent au fil de ce voyage à travers les nouvelles technologies. Et qui nourrissent un peu plus le débat sur les enjeux du numérique.

> Infos pratiques

Jusqu’au 31 décembre 2011 à la Cité des sciences et de l’industrie.
Du mardi au samedi, de 10h à 18h, et le dimanche, de 10h à 19h

> Pour en savoir plus :

Les mercredi 18 et 25  mai, et le mercredi 8 juin 2011, la Cité des sciences reçoit Gérard Berry, directeur de recherche à l’INRIA Sophia-Antipolis, et professeur au Collège de France de 2007 à 2010, pour un cycle de conférence sur le thème « Et le monde devint numérique ».

> Visuels utilisés dans ce billet :

  • © Botanicalls
  • © CSI / JP. ATTAL
     

 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email