Christophe Deloire, directeur du CFJ : « Le web ramène à l’essence du journalisme » share
back to to

Christophe Deloire, directeur du CFJ : « Le web ramène à l'essence du journalisme »

12 juillet 2010

Christophe Deloire est le directeur du Centre de formation des journalistes, l’école parisienne dont les anciens peuplent les rédactions françaises. Le CFPJ, branche de formation continue de l’établissement organise régulièrement des ateliers de réflexion sur le journalisme à l’ère du numérique, au sein du CFPJ Lab.

RSLNmag.fr : Que pensez-vous de la création par l’université new-yorkaise de Columbia d’un master « journalisme et informatique » ?

Christophe Deloire : Au CFJ, nous y avons réfléchi. Je ne suis pas certain qu’un être humain puisse être à la fois un excellent journaliste et un aussi bon informaticien. Il n’empêche que le journaliste et le développeur doivent pouvoir se parler, et un bon journaliste multimédia doit pouvoir entrer légèrement sous la surface du code, ne serait-ce que pour travailler sur les formats des photos et des vidéos.

De quelle façon l’émergence d’internet et des réseaux sociaux se traduit au CFJ ?

Christophe Deloire : Dès la première semaine de la rentrée scolaire une formation web est dispensée aux nouveaux élèves. Enquête web, référencement, animation de communauté, vidéo sur le web, etc, sont enseignés tout au long de l’année. Ce besoin accru de polyvalence technique est une chance historique pour les écoles de journalisme, car la polyvalence s’acquiert incomparablement plus difficilement sur le tas.

Mais les seules compétences techniques ne font pas un bon journaliste. Au fond, le web change tout pour revenir à l’essentiel, il ramène à l’essence du journalisme, qui est de trouver une info que les autres n’auront pas.

Justement, ce dernier est-il menacé dans sa fonction ?

Christophe Deloire :  A mon avis non. Le journalisme exerce une fonction sociale qui n’est pas pourvue par d’autres moyens, celle d’un tiers neutre qui cherche et met en forme l’information sans être influencé (dans l’idéal) par la propagande et la communication.

Il faudra toujours des journalistes pour faire le tri de l’information, apporter un regard distancié en allant voir y compris les sources contradictoires. Ce qui n’est pas possible quand on exerce le journalisme comme un hobby. D’ailleurs, l’immense majorité des informations importantes émane toujours des journalistes.

> Visuel :

– Capture d’écran, intervention de Christophe Deloire devant l’école du Blog, du Bondy Blog.

> Pour aller plus loin :

Making-of : pourquoi RSLN s’intéresse à l’info en ligne, par Eric Boustouller, Président de Microsoft France

Enquête, acte I : une info désintermédiée

Enquête, acte II : de nouveaux formats

Enquête, acte III : money, money, money

Nicholas Lemann (Columbia) : « Le journalisme en ligne fait désormais partie intégrante du journalisme de qualité »

Pierre Haski : « Sur Rue89, nous publions une vingtaine d’articles par jour, il en faudrait cinquante… »

Alain Weill : « Le bilan des "newsroom" est excellent »

Reportage : Les geeks sont-ils l’avenir du journalisme ?

– Tous nos articles sur les nouveaux médias

– Vous retrouverez également notre dossier dans le prochain numéro de Regards sur le numérique, version papier. L’abonnement (gratuit), c’est en bas de la home page.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email