Crowdsourcing : trois façons de faire appel au public pour faire bouger le monde share
back to to

Crowdsourcing : trois façons de faire appel au public pour faire bouger le monde

17 septembre 2015

Solliciter la créativité de la communauté en profitant des possibilités offertes par le numérique : les projets de crowdsourcing se multiplient, bien souvent pour porter des initiatives qui visent à améliorer notre monde. RSLN a sélectionné pour vous trois exemples qui montrent combien les projets avancent mieux quand on fait appel à toutes les bonnes volontés.

 

La plus politique : Regards citoyens 

Comment œuvrer pour la transparence de la vie publique ? En 2014, la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie publique (HATVP), en application des lois votées en 2013, décide de rendre publiques les 11 000 déclarations d’intérêts des 925 parlementaires.

Le problème ? L’ensemble des documents sont des pages manuscrites scannées et souvent… illisibles. Impossible, donc, de réutiliser les données, d’effectuer des recherches automatiques rapides ou de tirer des conclusions statistiques.

> A lire aussi : Open data : comment promouvoir un projet de libération des données (3/3)

L’association Regards Citoyens a donc lancé un appel aux internautes pour ressaisir les éléments dans un format lisible. En dix jours, 7 924 citoyens contribuent 86 239 fois et toutes les déclarations ont pu être numérisées. Pour assurer la qualité de la production et qu’aucun « vandalisme » ne vienne ternir le projet, un process a été mis en place : chaque élément n’a été validé qu’une fois saisi à l’identique par trois utilisateurs différents.

Grâce à cette démarche participative, les données sont désormais accessibles dans un format exploitable en open data.

 

> A lire aussi : Dépasser l’open data : des politiques des données pour une « démocratie citoyenne » ?

 

La plus « vivre ensemble » : See Light

12 000 feux de circulation à New York, mais une centaine seulement dotés de signaux sonores pour les non-voyants : le crowdsourcing et l’open data peuvent aider à rendre la ville plus accessible. L’application See Light permet ainsi à tout un chacun de renseigner la localisation des passages piétons ou les temps de traversée de ces derniers.

Des informations très utiles – voire vitales – pour les aveugles et mal-voyants, qui leur sont notifiées via leur smartphone. Les données des pouvoirs publics (concernant en particulier la présence de travaux sur la chaussée ou leur durée) peuvent également être ajoutées à l’application.

 

La plus sociétale : Upgrade Your World

Encourager les associations qui œuvrent pour un monde meilleur : c’est l’objectif de cette campagne mondiale menée dans 10 pays à l’initiative de Microsoft et qui vise à aider au financement des projets.  

En France, cinq associations ont été préalablement choisies : Emmaüs Connect, Zup de Co, Unis-Cité, Seed of Light, avec le projet 1 Heart 1 Tree, et Cékedubonheur.

Mais cette opération fait également appel au crowdsourcing, cinq autres projets devant être sélectionnés grâce au vote du public sur les réseaux sociaux, du 3 au 23 septembre. Les meilleurs projets, à composante numérique ou non, recevront chacun 50 000 dollars pour financer leur développement.

Pour voter, deux options : 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email