data.gouv.fr : la plateforme d’open data française est en ligne share
back to to

data.gouv.fr : la plateforme d'open data française est en ligne

5 décembre 2011

La très attendue plateforme d’open data, data.gouv.fr, a été officiellement lancée ce lundi 5 décembre.

Etalab, la mission interministérielle chargée de coordonner l’ouverture des données publiques des administrations de l’Etat, a présenté les principales caractéristiques de la plateforme et posé les bases des prochaines étapes. Compte-rendu.

 

> Un moteur de recherche avec 352 000 jeux de données

352 000 jeux de données publiques sont disponibles sur le site, produites par 90 acteurs, essentiellement des ministères mais également des collectivités territoriales ou la SNCF.

Si certaines de ces données sont nouvelles – notamment celles concernant les ministères du Budget ou de l’Agriculture – environ deux tiers proviennent des statistiques de l’Insee, réparties sur les 36 000 communes.

Pour la petite histoire, il a fallu près de 817 jours de développement, 691 624 lignes de code, 25 serveurs, 55 réunions techniques, 4 ateliers d’échanges, 900 000 euros hors taxe de budget… pour permettre la sortie de la plateforme :

« Aujourd’hui, ce n’est qu’un commencement, un début. La plateforme data.gouv.fr est outil de travail qui permet un engagement de transparence inédit de la part de l’Etat et de favoriser l’innovation » a expliqué Séverin Naudet, directeur d’Etalab.

La plateforme est avant tout un moteur de recherche – et en a d’ailleurs l’aspect. L’utilisateur peut explorer les différents jeux de données et choisir ceux qui l’intéressent le plus :

« C’est une nouvelle logique : on quitte une logique de demande d’accès à des données, de la part des citoyens, pour une logique d’offre pro-active. »

Loin d’être fixée, la base de données va être enrichie au fur et à mesure de la collecte et de l’agrégation des données par les administrations :

« Nous avons aujourd’hui un peu plus de 350 000 jeux de données, nous espérons doubler ce chiffre d’ici le milieu de l’année prochaine » a indiqué Séverin Naudet.

> Des dépenses de l’état à la pollution atmosphérique

Il est ainsi possible de connaître le budget de l’Etat, le nombre d’emplois créés par les politiques de relance, mieux comprendre l’utilisation de l’argent public, localiser et voir la gravité des accidents corporels de la circulation

Plus en détails, on peut également retrouver les données liées à la justice et à la sécurité – l’évolution du nombre de détenus par exemple, les infractions et les peines associées seront également bientôt disponibles – ou à l’environnement, avec les mesures de la pollution atmosphérique en fonction des villes ou de la qualité de l’eau.

Un accent tout particulier a été mis sur les données géographiques, ce qui permet d’obtenir des données pour à peu près toutes les villes et communes.

L’un des engagements forts d’Etalab était de proposer les données dans un format ouvert et réutilisable : la mission a pour cela publiée une « Licence Ouverte / Open Licence » en octobre 2011 qui facilite la réutilisation des données publiques mises à disposition gratuitement.

> Les prochaines étapes :

La plateforme s’inspire largement des précédentes expériences américaines et anglaises – dont nous vous avions largement parlé – et avec qui Etalab est en étroite collaboration :

« Avec data.gouv.fr, nous voulons être, avec le Royaume-Uni, le moteur de l’ouverture des données publiques en Europe. »

Etalab a également annoncé la mise en place, dès janvier 2012, de « Dataconnexions », un programme de soutien et d’encouragement à la réutilisation des données publiques et à l’innovation pour encourager le développement d’un écosystème numérique.

L’objectif : soutenir la dynamique d’innovation portée par l’écosystème des réutilisateurs de données publiques, en associant des médias, des acteurs de l’industrie numérique ainsi que des universités et des grandes écoles. Un concours d’applications sera également organisé sur tout l’année 2012.

> Pour aller plus loin :

Notre magazine sur l’open data

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email