David McCandless : visualiser les données pour « révéler l’invisible » share
back to to

David McCandless : visualiser les données pour « révéler l'invisible »

14 février 2013

C’est dans un amphithéâtre plein du Palais des congrès à Paris que  David McCandless, précurseur du design d’information, donnait une conférence dans le cadre des Rencontres RSLN aux Techdays. Après un entretien sur les définitions du design d’information que vous pouvez retrouver ici, retour sur ce qu’il fallait retenir du rendez-vous entre McCandless et son public.

Depuis 2009 et la parution de son livre « Information is beautiful » David McCandless est surnommé « le pape de la visualisation de données ». Lors de la rencontre, il a permis à ses fervents admirateurs comme aux moins familiers d’assister à la présentation de son travail, de répondre à un data-quizz basé sur les résultats des requêtes des internautes sur les moteurs de recherche et enfin de lui poser une série de questions.

Cas pratiques

Pour nous plonger au cœur de son monde, McCandless a ponctué son intervention de cas pratiques. Les données sont partout et racontent des histoires. La magie, point de départ de son travail – et de la présentation – se base sur cette supposition : « Quelque chose de magique peut se passer ».

La datavisualisation doit révéler une information intéressante qui permet de créer un lien avec le lecteur. Mais elle doit aussi être belle et attractive pour acquérir la confiance du lecteur. Premier exemple d’illustration du pouvoir d’une visualisation de données ? Les dettes d’état. Le journaliste explique :

« Les chiffres sont partout dans la presse, mais on ne les comprend pas vraiment. C’était une sorte de frustration alors j’ai décidé de les mettre en forme en utilisant des couleurs. Cette mise en forme permet de révéler des modèles et des tendances et de faire ressortir les chiffres marquants. On a une relation différente avec les chiffres et on peut voir les choses instantanément. »

Vous pouvez voir la visualisation concernant la dette publique américaine dans la vidéo ci-dessous.

Les données permettent également de mettre en valeur ce qui se passe dans l’imaginaire collectif. Comme l’explique McCandless :

« Les données permettent de voir l’invisible. Des choses qui n’apparaissent que quand on les regroupe et que l’on peut facilement intégrer par les yeux. On compresse les données pour qu’elles soient compréhensibles.»

Les craintes provoquées par les jeux vidéo font ainsi toujours suite à des évènements dramatiques : en 1999, avril et mai ont connu des pics d’appréhensions. L’explication pour le journaliste ? Elles faisaient suite à la fusillade de Columbine. Et on a pu observer la même chose sur la peur après les attentats du 11 septembre.

Dans un registre plus léger et jour de Saint-Valentin oblige, « le pape de la data-visualisation » n’a pas manqué de revenir sur les tendances « data » concernant les couples en révélant une infographie sur les périodes de ruptures amoureuses les plus communes dont les pics se situent habituellement un peu avant Pâques et Noël.

Les données, nouveau pétrole ?

Les données sont la matière première de la data-visualisation. Mais si beaucoup considèrent qu’elles sont le nouveau pétrole, il y voit plutôt une matière à travailler :

« Je dirais plutôt que c’est une sorte de terre que l’on peut utiliser, façonner et qui nous permet de construire.»

Et dans cette matière sont contenues les données personnelles. Elles peuvent donc aussi faire l’objet d’un travail de mise en forme pour révéler la vie d’une personne. Ou aussi être utilisées pour présenter un CV à l’image de celui de David McCandless qui ne manque pas de cachet. 

Mais où se situe la dataviz dans l’échiquier journalistique ? Pour David McCandless, il s’agit d’une nouvelle forme de photographie.

« Le datajournalisme est une sorte de photojournalisme, c’est une manière de faire de nouvelles photos. […] Mais le datajournalisme utilise des programmes informatiques pour analyser et raconte des histoires. »

Le datajournalisme peut également être une analyse sémantique, permettant d’obtenir un paysage que l’on peut explorer. Les mots les plus recherchés sur Internet peuvent par exemple être mis en valeur sous forme de carte. Une manière de mettre en évidence de manière simple les termes les plus utilisés.

La datavisualisation est donc une affaire de clarification. Elle permet d’expliquer et de catégoriser de manière simple des éléments souvent compliqués. Et en matière de politique, mettre en forme des données et des idées peut s’avérer très utile pour aborder différents concepts :

« Regarder une image politique est moins compliquée à gérer parfois que les discours politiques. Un même terme employé dans des discours de droite et de gauche peut ne pas avoir le même sens. C’est dans un souci de clarification que la datavisualisation peut agir.»

Mais dans tous les cas, l’important c’est de jouer avec les données pour donner des réponses simples à des questions parfois compliquées.

Interactions et interactivité

Loin d’être une simple présentation d’un orateur à son public, les exemples de datavisualisation ont laissé place à un quizz proposé par McCandless. Et le tout a permis à chacun de jouer avec les datavisualisations. Quel lien peut exister entre un élément et un autre même si de prime abord ils n’ont rien en commun ? Parce que oui, il existe bien une corrélation entre la récession et les ventes de rouge à lèvres.

Plus étonnant, le data-quizz a révélé que Facebook était désormais plus populaire que le sexe dans les recherches sur Internet. Et le meilleur en matière de datavisualisation est la multiplicité d’interprétations et de mises en valeur permises :

« Dans le cas de concours de dataviz, à partir d’une même base de données, on a pu obtenir des dizaines de visualisations différentes, toutes plus personnelles les unes que les autres.»

Mais les visualisations n’ont pas pour ambition de rester figées sur une page de magazine ou dans un journal. Elles peuvent transmettre encore plus d’informations en l’espace d’un clic.

La conclusion du journaliste spécialiste des données et de leurs traitements graphiques ?

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email