Devenir fact-checker, ça vous dit ?

19 novembre 2009

Ecrire dans Le Monde sans être journaliste, c’est possible. Du moins sur lemonde.fr. Et ne rêvez-pas,  hors de question de vous ouvrir les colonnes du site d’information pour d’interminables digressions façon éditorialiste-de-café-du-commerce : la rédaction du monde.fr vous propose plus humblement de participer à un travail de « crowdsourcing », c’est-à-dire de recoupement et de croisement de l’information, le tout sous l’œil exigeant d’un journaliste professionnel.

Depuis le 3 novembre, Nabil Wakim anime le blog participatif Décodeurs, dédié au fact-checking. Le fact-checking ? Une pratique largement répandue dans les publications anglo-saxonnes, où un journaliste est souvent payé pour vérifier, sur le fond (données chiffrées, dates, etc.), les articles de ses confrères. C’est ce job que lemonde.fr vous propose d’exercer.

L’un des précurseurs européens de cette pratique a été le site internet du Guardian : lors de l’énorme polémique liée aux notes de frais des députés britanniques, au printemps dernier, le site a construit un outil, où il a mis en ligne 77.000 documents, qu’il proposait à ses lecteurs de passer au crible, pour y déceler d’éventuelles malversations.

Est-ce que ça marche ? Décodeurs a en tout cas déjà débouché sur un joli «scoop» : épaulé par ses lecteurs, lemonde.fr a ainsi été le premier site internet d’information français) à démêler le vrai du faux dans la polémique autour de la présence (ou non) de Nicolas Sarkozy à Berlin, le 9 novembre 1989.
 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email