Entretiens CityNext : Nice pense énergie intelligente, Silver economy et e-administration share
back to to

Entretiens CityNext : Nice pense énergie intelligente, Silver economy et e-administration

7 décembre 2013

A l’occasion du 96e congrès des maires et des présidents de communautés de France qui se tenait la semaine dernière, mais aussi du lancement du projet Citynext pour accompagner les villes dans la mise en oeuvre de solutions technologiques au service des citoyens, nous sommes allés à la rencontre des élus français afin de mettre en lumière la manière dont ils lient le numérique et leur territoire, mais aussi l’impact des nouvelles technologies dans l’action publique locale. 

Après les témoignages des maires et de leurs adjoints, à Marseille, Strasbourg et Nantes, c’est aujourd’hui Christian Estrosi, le maire de Nice qui répond à nos questions.


RSLN : Comment le numérique vous sert-il dans la vie politique locale ?

Christian Estrosi : Le numérique me sert à rester en contact constant avec les niçoises et les niçois. A travers mon smartphone et ses nombreuses applications dont les réseaux sociaux tels que Twitter, les échanges sont instantanés, plus directs et sans intermédiaire.

L’usage du Web 2.0 et de d’Internet via les sites institutionnels (nice.fr), les réseaux sociaux me permet de rester à proximité de mes concitoyens.

 

La ville du futur : à quoi ressemble-t-elle, quelles sont ses caractéristiques, comment y vit-on ?

C.E : Dans l’absolu, je vois une ville 100 % électrique : voitures, bus, tramway… du stationnement intelligent pour une ville sans bruit et sans pollution.

A Nice, la ville du futur commence aujourd’hui avec un parc de 12 ha en plein de cœur de ville que je viens d’inaugurer il y a un mois, la promenade du Paillon est un bel exemple de l’aménagement de l’espace idéal de la ville du futur.

Le futur tramway va permettre une diminution de 20 000 véhicules par jour sur la Promenade des Anglais.

La Ville de Nice a été la première grande ville à lancer les voitures électriques en auto-partage.
 

Quels sont les besoins spécifiques de la métropole niçoise en matière de numérique, et comment la municipalité et la Métropole Nice Côte d’Azur agissent-elle dans ce domaine ?

C.E : Nos priorités portent sur un déploiement du très haut débit partout sur le territoire avec une multiplication des capteurs dans toute la Ville de Nice permettant de gérer les services publics (eau, éclairage, déchets) de façon économe.

La Métropole Nice Côte d’Azur a opéré une profonde mutation de son économie et de la gestion de son territoire, qui passe notamment par l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication, telle que l’innovation numérique le permet. L’Opération d’Intérêt National Eco Vallée, un programme ambitieux d’aménagement du territoire, symbolise cette mutation  qui conjugue économie et développement durable.

Dans cet objectif, la Métropole a noué des accords de partenariat avec de grands groupes internationaux, mais coopère aussi avec l’université de Nice Sophia Antipolis et avec l’ensemble du tissu des entreprises innovantes du territoire. Ce nouveau secteur d’activité représente des nouveaux marchés porteurs.

Dès 2010, j’ai souhaité que la Métropole Nice Côte d’Azur soit la première, par exemple, à lancer le sans contact mobile (NFC), le stationnement intelligent.

De nouveaux services, de nouveaux usages sont en train de s’inventer pour mieux vivre dans la Ville. C’est le cas de la mairie virtuelle Spot Mairie, la première cabine de mairie virtuelle pour effectuer ses démarches administratives depuis un centre commercial. Mais encore des actions menées dans le domaine de la mobilité telles que l’information aux voyageurs, la gestion mutualisée des parkings, le système de stationnement intelligent. La Métropole investit également dans la « Silver Economy » via la mise en place d’un pole santé et numérique autour du Centre National de référence Santé à Domicile et Autonomie basé à Nice à proximité de l’hôpital Pasteur.
 

Le « Boulevard Connecté » illustre la volonté d’offrir de nouveaux services aux habitants et d’optimiser la gestion de ville, ou encore le projet de quartier solaire intelligent Nice Grid, véritable laboratoire pour la ville numérique de demain.

Avec mon collègue Jean Leonetti impliqué dans le développement de la Sophia-Antipolis, nous avons décidé de présenter une candidature commune entre Sophia-Antipolis et la technopole Nice Méridia sur l’appel à projet national sur les « Quartiers Numériques ». Il s’agit, je le crois, d’un acte fort et symbolique qui a pour objectif de souligner l’alliance des forces de la Côte d’Azur toute entière pour en faire un territoire à la pointe de la durabilité et de la connectivité.

La Métropole Nice Côte d’Azur s’inscrit désormais dans le cercle des villes connectées du 21e siècle et devient progressivement l’un des leaders mondiaux des projets numériques appliqués aux territoires.
 


Quels sont les difficultés rencontrées, les défis à surmonter ?

C.E : Le défi énergétique par exemple : pour le territoire de la Métropole Nice Côte d’Azur et en particulier sa sécurisation énergétique et la diversification de sa production. La sécurisation de notre département avance et sera effective à la fin 2015, une fois réalisés les travaux des 3 tronçons de lignes à 225.000 volts enterrées. Mais au-delà de la sécurisation, il nous faut créer les conditions d’une véritable autonomie énergétique.

De ce point de vue, l’union métropolitaine entre le Haut-Pays et le littoral permettra de produire près de 28% de son énergie renouvelable, ce qui est unique en France. Elle nous permet d’envisager de produire 33% de notre énergie renouvelable d’ici 2020, notamment en ajoutant à l’hydroélectrique les ressources solaires, celles de la filière bois, voire, à plus long terme, celles de la mer.

Ces énergies de demain, c’est la future croissance verte du territoire et les emplois de demain que notre stratégie de développement économique essaye de favoriser et d’impulser.

Retour sur NiceGrid : qu’en pensent les habitants de Carros ? En quoi l’expérience contribue-t-elle à définir cette ville de demain ?

C.E : Le projet Nice Grid  développe le système électrique du futur en intégrant harmonieusement une forte proportion de production d’électricité photovoltaïque locale, des unités de stockage d’énergie et des équipements électriques communicants dans les foyers volontaires. Offrant à l’usager l’opportunité de gérer son poste énergie, Nice Grid ambitionne de transformer le consommateur en véritable consomm’acteur.

Le projet Nice Reflexe vise à piloter un nouveau réseau électrique intégrant différentes sources de consommation, de production et de stockage de l’électricité. Un défi porté par Veolia Environnement et soutenu par plusieurs pointures du monde de l’énergie: Alstom, Sagemcom, le CEA et Supélec.


 

Nice réunit les acteurs de la ville numérique dans un colloque annuel, Innovative City Convention. Quelle vision y délivre-t-elle ? 

C.E : Pour permettre à la Métropole Nice Côte d’Azur de mettre en valeur tous ses projets en matière de « smart city » et de communiquer à une échelle mondiale, nous avons mis en place le salon Innovative City Convention en 2012.

Ce salon international permet de faire un point annuel sur les avancées des villes du monde entier en matière de Smart City. Chacun peut se nourrir des expériences des autres. Des conférences thématiques sur l’énergie, les transports, l’environnement et des rencontres entre industriels et responsables institutionnels sont mises en place.

Innovative City 2013 en chiffres, ce sont 2556 visiteurs (augmentation de 49% par rapport à l’édition 2012), 16 pays représentés, 30 conférences internationales, 150 intervenants reconnus et 65 exposants innovants.
 

Alors, y a-t-il un modèle niçois de la ville numérique ? Quel écho rencontrent ces travaux au niveau local ? 

La mutation économique vers la ville intelligente, innovante et durable est engagée dans la Métropole Nice Côte d’Azur. La Smart City à Nice, ce n’est plus seulement un concept, c’est une mutation en cours, concrète, visible. C’est une des raisons pour laquelle Innovative City à Nice ne cesse d’augmenter en notoriété. Cette mutation ne peut réussir que si les partenaires publics et privés œuvrent ensemble. Aussi, je vous donne d’ores et déjà rendez-vous pour la 3ème édition du salon Innovative City que se tiendra les 25 et 26 juin 2014 sur le thème « Une ville bien gérée, créatrice de services, d’économies et d’emplois ». 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email