Henri Verdier : faire de data.gouv.fr le meilleur outil possible pour une communauté riche et créative share
back to to

Henri Verdier : faire de data.gouv.fr le meilleur outil possible pour une communauté riche et créative

15 avril 2013

Etalab, jeune mission qui a fêté ses un an début décembre 2012, prépare une refonte de la plateforme data.gouv.fr. Mais, nouveauté et grande première, elle compte s’entourer de la communauté Open data pour parfaire les différentes fonctionnalités. La deuxième mouture de la plateforme est en marche. Henri Verdier, directeur de la mission, a accepté de répondre à nos questions.

Pourquoi intégrer une notion de collaboration dans la refonte et comment organiser et sélectionner les différentes remarques ?

L’open data est une politique publique qui ne prend son sens qu’à travers des réutilisations, par les administrations elles-mêmes, les citoyens, le mouvement associatif et les entreprises. La mission Etalab a ainsi la chance de travailler au coeur d’un écosystème riche, exigeant et talentueux. Il était donc normal que la reconception de ce portail, qui doit avant tout être un outil au service des citoyens et des réutilisateurs, se fasse autour des besoins identifiés par ces utilisateurs.

Et il aurait été dommage de se priver des talents, de l’imagination et des apports de tous ordres que recèle cette communauté et qu’elle partage si volontiers. C’est d’autant plus important que l’open data est une composante d’un projet plus vaste de « gouvernement ouvert  », c’est-à-dire d’un Etat qui sache s’organiser pour rendre des comptes et pour nouer de nouvelles formes de collaboration avec les citoyens. Cette démarche prend très naturellement place dans le projet global de modernisation de l’action publique, que porte le Secrétariat général pour la modernisation publique (SGMAP), et qui travaille sur l’écoute des usagers, la simplification et la construction de nouvelles relations avec les citoyens. Elle a d’ailleurs été adoptée au cours du Comité interministériel pour la modernisation de l’action publique du 2 avril dernier.

Comment définir cette communauté et qui la compose ? Les caractéristiques de la communauté sont-elles particulière à la problématique Open data ?

Elle se définit elle-même, par son engagement. On y trouve des administrations, au sein de l’Etat comme des collectivités, des responsables open data, en France ou à l’étranger, des développeurs passionnés, des communautés proches du logiciel libre, de la culture ouverte, des citoyens engagés, des mouvements associatifs, des chercheurs de tous horizons… ainsi qu’une forte communauté d’entreprises innovantes, grandes et petites.

Ayant eu la chance, dans mes engagements passés, de fréquenter plusieurs des communautés du numérique, je dois dire que c’est un écosystème qui a la même inventivité, la même créativité, la même ambition que l’ensemble de l’économie numérique, mais qui a en outre cette spécificité d’être organisé autour d’une certaine représentation de l’intérêt général, ce qui le rend très proche de l’action publique.

Avez-vous déjà au sein de la mission des fonctionnalités que vous souhaiteriez modifier ou créer ? 

Certes, nous verserons de nombreuses propositions dans les débats qui s’ouvrent ces jours-ci, mais nous veillerons avant tout à ne pas « fermer le débat » et à savoir saisir les autres suggestions. Parmi nos suggestions, il y aura un certain nombre de fonctions que l’on trouve désormais sur tous les grands portails d’open data, mais je crois que cette approche par un débat ouvert va aussi nous conduire à nous décaler de l’imaginaire qui semble avoir présidé aux autres plateformes.

Au vu des premiers retours, je pense que nous ne pourrons pas nous limiter à penser la plateforme comme un réservoir de données – fussent-elles parfaitement indexées, ouvertes et interopérables – et que nous serons conduits par nos partenaires à mieux définir les autres fonctions d’une telle plateforme : les services à fournir aux réutilisateurs, la manière dont elle peut stimuler l’innovation, la manière dont elle peut mobiliser les contributions des utilisateurs, etc.

Quels sont les enjeux d’une telle refonte ?

Précisément, le principal enjeu est de faire de data.gouv.fr le meilleur outil possible pour une communauté très riche et très créative.

MÀJ : Pour contribuer au débat, toutes les informations sont ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email