Imagine Cup : 200 000 Bill Gates en herbe au secours de la planète share
back to to

Imagine Cup : 200 000 Bill Gates en herbe au secours de la planète

5 juin 2008

Un mois avant les Jeux olympiques, c´est un autre championnat international de grande ampleur qui s´achève cet été. Du 3 au 8 juillet, la finale mondiale d´Imagine Cup, les olympiades du numérique orchestrées par Microsoft, se tiendra à Paris sous le haut patronage de l´Unesco, des ministères de l´Écologie, de la Jeunesse, de l´Enseignement supérieur et de la Ville de Paris. Objectif de l´opération, qui a mobilisé cette année près de 200 000 étudiants férus de logiciels : susciter des vocations et favoriser l´éclosion des Bill Gates de demain, les lauréats recevant un total de 140 000 euros ainsi qu´un soutien à leur projet d´entreprise.

Des logiciels pour la planète

Pour la sixième édition, Microsoft a choisi de faire plancher les étudiants sur le thème des logiciels « verts ». Mot d´ordre : « imaginer un monde oùles nouvelles technologies contribuent à l´amélioration de l´environnement ». Les participants, qui concourent par équipes, peuvent explorer toutes les directions : les outils de sensibilisation, de prévention ou de réduction de la consommation d´énergie, les simulations climatiques… à travers neuf disciplines, de la conception de logiciels jusqu´au développement de jeux vidéo, en passant par la robotique et les services web. Pour Pierre Galio, représentant de l´Agence de l´environnement et de la maÎtrise de l´énergie (Ademe), partenaire de l´événement, le changement climatique nécessite en effet une « double réponse, à la fois comportementale et technologique ». « Si de nouveaux modes de production et de consommation s´imposent, explique-t-il, il est crucial de développer aussi de nouvelles techniques, car les uns n´ont pas de sens sans les autres. »
Traditionnellement très présente dans la compétition, la France est fortement pourvoyeuse de candidats : près de 14 000 étudiants issus de 180 établissements (Arts et Métiers, École centrale, Polytechnique, Ponts et Chaussées, etc.). La filiale française de Microsoft, désireuse de voir, comme tous les ans, ses équipes arriver en finale, a été aux petits soins toute l´année. Au programme : en janvier, séance de « mise en jambes » par Bill Gates et Bernard Charlès, PDG de Dassault Systèmes, pour 700 étudiants réunis dans le grand amphi de la Sorbonne, puis, trois mois plus tard, préparation intensive au Centre national de rugby de Marcoussis.

De l´invention à la start-up

Deux jours et une nuit durant, à un rythme d´enfer, les jeunes équipes de l´Hexagone y ont peaufiné leurs projets, entourées de spécialistes de l´environnement, du logiciel et des start-up. L´ovalie étant à l´honneur, des anciens de l´équipe de France sont venus entretenir le feu en mettant tout ce petit monde à l´entraÎnement. Rien de tel qu´un plaquage pour travailler sa motivation !
Pour les candidats, ce coaching à mi-parcours a été l´occasion de se frotter aux réalités et de tester le potentiel de leur innovation. Car l´objectif est aussi de pousser les plus talentueux vers la création de start-up. Les trois meilleurs projets français seront récompensés par Paris Développement, l´agence de développement économique de la capitale, qui associe la Ville à la Chambre de commerce et d´industrie. La structure, qui aide actuellement quelque 130 entreprises innovantes dans ses différentes pépinières ainsi que les anciennes start-up qui y ont grandi, s´est en effet dotée début 2008 d´un pôle « éco-activités ». Les entrepreneurs en herbe s´y verront proposer un service de « pré-incubation » d´entreprise – étude de faisabilité et accompagnement à la création – suivi le cas échéant par l´entrée en incubateur (aide pour le financement, la commercialisation, la recherche et développement, etc.), puis en pépinière d´entreprises.

Du 3 au 8 juillet, les 500 étudiants finalistes du monde entier, issus des sélections nationales, se retrouveront à Paris pour la dernière phase de la compétition. Ils découvriront Paris dans des conditions dignes de chefs d´État – cérémonie d´ouverture à l´Hôtel de Ville, dÎner-croisière sur la Seine, remise des prix à l´Unesco –, sans pour autant perdre de vue le respect de l´environnement : les festivités elles-mêmes seront « éco-efficaces ». L´impact en CO2, soigneusement évalué par un bilan carbone avec l´aide de GoodPlanet, l´association de Yann Arthus-Bertrand, sera compensé par le financement de projets de réduction des gaz à effet de serre. Souhaitons-leur le meilleur, l´avenir de la planète est peut-être entre leurs mains !

> Pour aller plus loin : tous les articles du dossier "La fureur verte" :

– La fureur verte

– Mieux travailler ensemble… à distance

– Issy-les-Moulineaux modèle son visage de demain

– Les gratte-ciel se mettent au vert

– Corinne Lepage : « Les technologies de l´information ont un rôle central à jouer dans le développement durable »

La Silicon Valley carbure aux « Cleantechs »

– Imagine Cup : la floraison des projets français

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email