Imagine Cup : la floraison des projets français

4 juin 2008

De la nature avant toute chose, les équipes de la catégorie « design d´interface » l´ont bien compris. Cette nature, ils ont imaginée au coeur de nos intérieurs, à travers des objets de déco intelligents destinés à nous faire prendre conscience de l´impact qu´a sur l´environnement chacun de nos gestes quotidiens. Ainsi le bonzaï virtuel « Séquoia » fleurit-il lorsqu´on pense à éteindre la lumière, mais dépérit si on laisse couler l´eau trop longtemps. Dans la même veine, l´écran plat E-cube affiche dans votre salon un paysage dont l´aspect dépend du caractère écolo ou non des consommations de chaque membre de la famille. Ce dernier dispositif joue aussi sur l´émulation puisqu´il propose de comparer les performances de son foyer à celles des autres et, pourquoi pas, d´organiser des compétitions de comportements « verts » entre quartiers ou régions.

La cuisine intelligente

Plus pragmatiques, d´autres projets s´attaquent à notre consommation alimentaire. Pour choisir les produits les moins nocifs à l´environnement, de petits appareils, autonomes ou intégrés dans les caddies de supermarché, pourraient avantageusement nous guider, suggèrent les équipes de la catégorie « logiciels embarqués ». Et nos réfrigérateurs pourraient être bien mieux gérés. C´est notamment ce que proposent, à travers « SmartCooking », des étudiants de Supinfo associés à un jeune designer de l´école des Gobelins. Leur constat : près de 10 % du contenu de nos poubelles sont constitués d´aliments jetés intacts, faute d´avoir été consommés à temps. Pour couronner le tout, ils sont la plupart du temps mal répartis dans les différentes poubelles, alors que plus de 70 % de nos déchets pourraient être recyclés si le tri sélectif était respecté. Solution : un logiciel qui, grâce aux codes-barres ou aux puces RFID placées sur les aliments, vous prévient lorsque certains sont proches de la date de péremption, et vous concocte de petits menus utilisant au mieux les restes. Au moment de se débarrasser des emballages, plus question de se tromper de poubelle : le logiciel repère les erreurs et vous remet dans le droit chemin.

Dans la peau du « magnat de l´écologie »

Côté jeux vidéo, les étudiants ont tout misé sur la sensibilisation. Un logiciel de simulation permet ainsi de devenir le « magnat de l´écologie », en prenant la tête d´une ville régie par des principes de développement durable. À charge au joueur de gérer au mieux la production d´énergie, les transports, l´essor des populations, etc. Et forts du constat qu´en matière de sensibilisation, il n´y a pas de sotte méthode, d´autres étudiants n´ont pas hésité à jouer la carte de l´humour potache. On retiendra notamment le jeu Cowfart, qui, entre deux petits conseils environnementaux, permet « d´exploser les pets de vaches avant qu´ils n´atteignent la couche d´ozone ».

 

> Pour aller plus loin : tous les articles du dossier "La fureur verte" :

– La fureur verte

– Mieux travailler ensemble… à distance

– Issy-les-Moulineaux modèle son visage de demain

– Les gratte-ciel se mettent au vert

– Corinne Lepage : « Les technologies de l´information ont un rôle central à jouer dans le développement durable »

La Silicon Valley carbure aux « Cleantechs »

– Imagine Cup : 200 000 Bill Gates en herbe au secours de la planète

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email