Jeux vidéo : le gouvernement lance un groupe de travail share
back to to

Jeux vidéo : le gouvernement lance un groupe de travail

5 avril 2013

Entourées des professionnels du secteur, Fleur Pellerin ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Economie numérique, et Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication ont lancé le groupe de travail sur le jeu vidéo ce jeudi 4 avril. Au coeur des débats : Le financement et la valorisation du secteur.

Alors que la crise fait encore la Une des journaux, le secteur du jeu vidéo semble être épargné avec un chiffre d’affaire atteignant presque 3 milliards d’euros en 2012. Des chiffres qui masquent pourtant la diversité du secteur où de nombreuses petites et moyennes entreprises (PME) peinent à s’en sortir. 

Venues annoncer le lancement d’un groupe de travail sur le jeu vidéo, les ministres Fleur Pellerin et Aurélie Filippetti en ont profité pour visiter le studio de jeux vidéo Quantic Dream dans le 20e arrondissement de Paris.

Au programme : découverte de la création d’un jeu vidéo de A à Z. Ecriture du script, dialogues, bible graphique, architecture ou encore effets spéciaux, tout y est passé jusqu’aux technologies les plus avancées

Savoir-faire et compétences 

Les ministres ont ainsi pu découvrir le scanner 3D permettant de reproduire la morphologie d’une personne mais aussi la technique de performance capture pouvant reproduire les expressions et les mouvements d’un corps humain réel.

Des technologies qui rapprochent de plus en plus les jeux vidéo du cinéma et de fait, les acteurs sont de plus en plus sollicités pour ces performances. De quoi mettre en valeur la qualité et les talents des professionnels du jeu vidéo.

Et les ministres constatent que dans le domaine les évolutions sont rapides. Elles qui jouaient à Pacman quand elles étaient plus jeunes sont impressionnées par la qualité du travail des studios français :

« La France a des atouts considérables pour être un acteur leader, a déclaré Fleur Pellerin, […] le jeu vidéo est une filière à la croisée de la création d’entreprises créatives et des nouvelles technologies. Il incarne l’économie de la connaissance. »

Et Aurélie Filippetti d’ajouter :

« On est à la confluence avec la créativité française mais aussi européenne. Nous avons la French touch, l’excellence de la formation et des écoles qui ont fait leurs preuves. »

Des entreprises prometteuses dans un marché fortement concurrentiel

Mais si le travail est impressionant, les entreprises du jeu vidéo constatent un net décalage de compétitivité avec certaines entreprises internationales, notamment au Canada.

Par ailleurs faute de financements, « une quinzaine d’entreprises prometteuses ont déjà mis la clef sous la porte depuis le début de l’année », a rappelé Nicolas Gaume, président du Syndicat national du jeu vidéo (SNJV). 

Une concurrence qui s’est intensifiée face aux nouveaux usages et à la propagation des tablettes et des smartphones comme l’a expliqué Vincent Dondaine, fondateur de Bulkypix :

« Aujourd’hui ce sont en moyenne 7500 jeux qui sortent par semaine dans le monde en téléchargement pour les nouveaux écrans. Il faut que l’on puisse se distinguer. »

Et les acteurs français sont fiers de pouvoir garder leur activité dans l’Hexagone comme l’a rappelé Cédric Laguarrigue de l’entreprise Focus :

« Nous avons beaucoup de talents en France donc nous avons fait le choix de travailler avec des acteurs du territoire. »

Mais pour persévérer dans cette voie, plusieurs professionnels ont appelé à l’augmentation du crédit d’impôt – offrant la possibilité de déduire de ses impôts 20% des dépenses liées au développement d’un jeu – afin de leur permettre d’embaucher et d’attirer des investisseurs.

Intervenant devant les ministres, Guillaume de Fondaumiere, directeur général de Quantic Dream a énoncé clairement ses attentes :

« On a besoin de créer le bon écosystème pour nous permettre à nous Francais de rivaliser avec les meilleurs. Nous demandons au gouvernement de nous aider à nous battre à armes égales avec nos concurrents. »

Un groupe de travail rassemblera les ministères de Mme Fleur Pellerin et de Mme Filippetti ainsi que le Syndicat national du jeu vidéo (SNJV) et le Syndicat éditeur de logiciels de loisirs (SELL) dans l’objectif de renforcer le soutien à l’innovation et attirer de nouveaux talents.

Fleur Pellerin a également évoqué son souhait de développer « une réflexion sur le droit d’auteur » appliqué au jeu vidéo.

Des mesures qui sont désormais à l’agenda du gouvernement :

« Les mesures fiscales devraient être présentées avant la fin de l’été pour le projet de loi de finances 2014. Pour les autres préconisations, ce sera à l’automne » a ainsi annoncé Aurélie Filippetti. 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email