La « dataviz », une arme diplomatique comme les autres share
back to to

La « dataviz », une arme diplomatique comme les autres

24 novembre 2009

De combien le niveau de la mer s’élèvera-t-il si la température moyenne à la surface du globe augmente de un degré ? deux degrés ? quatre degrés ? Est-ce que j’habite une zone potentiellement concernée ? Et Greg, le cousin australien, comment cela marcherait-t-il pour lui ? 

Oubliés les longs discours alarmistes, ringardisés les indigestes tableaux de données, le gouvernement britannique a trouvé une solution lui permettant de mettre en avant les enjeux du sommet de Copenhague de manière très explicite : en ayant recours à la « data vizualisation » (souvent raccourcie en « dataviz »), ou « visualisation de données », une forme de traitement graphique des données de plus en plus souvent utilisée en ligne.

Regardez plutôt la carte animée
mise en ligne sur le site gouvernemental britannique dédié aux enjeux du sommet de Copenhague, élaboré à partir de statistiques établies par le GIEC :

Particularité de l’affaire : le module est exportable, mais pas modifiable. Le gouvernement britannique s’assure ainsi que les reprises de ce petit module sur d’autres sites reproduiront intégralement le message diffusé initialement. 

Et ça marche :
l’ambassade de France aux Etats-Unis reprend ainsi intégralement le module, dans l’une de ses pages sur son blog dédidé au changement climatique. La dataviz, où une forme de communication gouvernementale d’influence inédite.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email