La numeric connection de la région Rhône-Alpes

7 novembre 2007

C’est fin 1996, dans le cadre d’un concours européen ouvert aux villes de plus de 400 000 habitants, que quatre chefs d’entreprises désireux de promouvoir l’industrie numérique dans la région lyonnaise fondaient l’association Lyon Infocité. Trois ans plus tard, suite aux difficultés que connaissait alors le secteur du jeu vidéo, un certain nombre de salariés licenciés créaient leurs propres sociétés dans la région. Soucieux d’être représentés, ils fondaient Lyon Game qui n’était au départ qu’un club hébergé par Lyon Infocité. « Puis, dès les années 2000, le jeu vidéo a commencé à sortir du rouge, explique Julien Villedieu, directeur de l’association. Entre les éditeurs – Atari, Electronic Arts, Ubisoft, Nobilis…– et les studios de création – Arkane studios, Étranges Libellules, Eden Games, Phoenix Interactive…– la région Rhône- Alpes représente aujourd’hui 40 % de la filière française du jeu vidéo. Ce secteur est donc devenu de plus en plus important dans notre structure, ce qui nous a finalement amenés à adopter le double nom Lyon Infocité/Lyon Game. »

La première association régionale française du secteur

Aujourd’hui, Lyon Infocité/Lyon Game compte 250 entreprises adhérentes, ce qui en fait la première association régionale de France dans ce secteur. De tailles très variables, ces entreprises couvrent tout le spectre de l’informatique, du webdesign à l’édition de progiciels de gestion. « Nous sommes largement soutenus par l’État, la région, le département et la communauté urbaine de Lyon, sachant qu’au-delà du financement sur les projets, nous travaillons avec les collectivités dans une vraie logique de partenariat public-privé », souligne Julien Villedieu.

Informer, connecter, accompagner

« Dans un écosystème innovant, il est important que les entreprises soient informées des nouveaux acteurs du marché et des innovations proposées, poursuit Julien Villedieu. Nous assurons donc une veille sur ces points et nous aidons les entrepreneurs à se connaître, à échanger des opportunités de business et à nouer des partenariats. Nous leur permettons aussi d’identifier des prospects et de conquérir de nouveaux clients. Enfin, nous accompagnons les entreprises adhérentes en sélectionnant pour elles des prestations de conseil et de formations dispensées par des cabinets spécialisés et nous programmons des actions collectives visant à améliorer la façon dont elles abordent leurs marchés. » Lyon Infocité/Lyon Game organise deux événements annuels qui se tiendront le 3 décembre 2007 à la Cité des congrès de Lyon : les INTERCOnnectés – Rencontres nationales des intercommunalités et des technologies de l’information et de la communication – et le Serious Games Sessions Europe, salon dédié à la promotion, auprès des industriels ou des collectivités locales, des technologies du jeu vidéo appliquées aux domaines de la simulation ou de l’apprentissage. L’association est également à l’initiative de la Game Connection, une convention business internationale qui fait aujourd’hui référence dans le domaine du jeu vidéo et se tient chaque année à Lyon (en décembre), à San Francisco (en mars) et à Tokyo (en septembre). « En partenariat avec la Cité de l’image en mouvement, basée à Annecy, et Images Rhône- Alpes, qui regroupe des entreprises du cinéma, nous avons fondé le cluster/pôle de compétitivité Imaginove », signale enfin Julien Villedieu qui compte encore multiplier les projets dans les années à venir. « Ce qui est motivant, c’est de constater à quel point les entreprises se sont approprié l’association, qu’elles considèrent comme un levier de développement », souligne-il. Exemple à suivre ?

La première université française du jeu vidéo

Créé par Lyon Infocité/ Lyon Game en 2003 pour dispenser des formations continues aux salariés du jeu vidéo, Gamagora est devenu en 2007, dans le cadre d’un partenariat avec l’université Lumière Lyon 2, un dispositif de formation initiale. La première promotion de 60 étudiants a fait sa rentrée en octobre dernier. Les effectifs sont répartis en trois formations spécialisées : Game et Level design, programmation et infographie 3D. La démarche se veut pragmatique et en phase avec les besoins du marché : les entreprises sont très fortement impliquées et la réalisation d’un projet de jeu vidéo compte pour une large part de la note finale.


> Pour aller plus loin : tous les articles du dossier "Le grand retour des start-up"

Le grand retour des start-up

Les 10 championnes françaises du logiciel

Trois questions à… Marc Jalabert

Comment Israël est devenu l’eldorado des start-up

Patrick Bertrand : « Nos métiers sont de ceux qui tirent la croissance du pays »

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email