LIVE-BLOGGING - LeWeb'10, en direct du jour 2

9 décembre 2010

 (visuel : LeWeb10, par leweb3, licence CC)

LeWeb’10, deuxième : nous vous avons fait vivre en direct sur RSLN, jeudi 9 décembre, la seconde journée des rencontres LeWeb – le plus grand rendez-vous européen dédié à internet, à mi-chemin entre la prospective et le rendez-vous d’affaires, les rencontres inopinées et les keynotes léchées. 

Vous retrouverez ci-dessous le billet que nous avons réactualisé tout au long de la journée, racontant quelques instants vécus. (le direct du premier jour est là).

18h30 – C’est fini ! Dernier speaker : Jeremiah Owyang, qui se livre à l’exercice de la prospective pour l’année 2011. L’expert ès réseaux sociaux prédit ainsi une grande intégration du management des réseaux sociaux au sein des entreprises (voir sa présentation). Rendez-vous la 8è édition de LeWeb, en décembre 2011, pour vérifier la prédiction ?

16h – Compétition de start-ups

[UPDATE 17h : le jury a finalement décidé … de ne pas décider, et a décerné un prix à chacun des finalistes : Paper.li gagne ainsi le prix de la « viralité », Super Marmite de « l’originalité »et Waze le prix « technologique ».]







LeWeb organisait une compétition de start-ups et les trois finalistes viennent de présenter leurs projets sur scène : 

  • Paper.li est un agrégateur de contenus partagés sur Twitter et Facebook pour créer 
    « un journal en ligne 
    » en utilisant des outils d’analyse sémantique.
  • Super Marmite est un réseau de proximité pour acheter ou vendre des plats faits maison directement chez nos voisins. L’idée est que sur les centaines de repas préparés autour de nous, il y a forcément celui que l’on cherche. Au delà des échanges en ligne, Super Marmite met en avant un partage de services et de rencontres dans la vrai vie.
  • Waze est un système de navigation sociale qui agrège les routes et le trafic grâce à ses utilisateurs. L’application joue la carte du ludisme, en récompensant ses utilisateurs avec des points. Ici aussi, l’expérience sociale est mise en avant : 
    « La différence avec les autres systèmes de navigation, au delà de l’efficacité pour éviter les embouteillages, c’est que les gens s’en servent tout le temps, pas seulement lorsqu’ils sont perdus.

    »

15h – Entretien avec Neil McIntosh

Nous avons zappé la présentation sur l’intelligence artificielle, pour discuter contenus et journalisme à l’heure du numérique avec Neil McIntosh, rédacteur en chef du Wall Street Journal Europe en ligne. Il occupait précédemment le poste de responsable du développement du Guardian en ligne, où il a notamment développé la culture du blogging parmi les journalistes.

Entretien résolument optimiste, que nous vous proposerons très prochainement.

Petit teasing : « Un bon journaliste fera toujours un bon blogueur … . »

(En attendant, vous pouvez aller relire notre dossier : « L’info est-elle prête pour sa révolution ? »)

12h50 – La coupe du monde de football des sans-abris

Et non à LeWeb, on ne parle pas que d’investissements, de start-ups et de levées de fonds.

Petite pause avec Mel Young qui nous présente sa "Homeless World Cup"une coupe de monde de football pour les sans-abris :

« Internet a permis de connecter les gens, de les rendre plus sociaux" explique-t’il. "Pourquoi ne pas s’en servir pour sortir les sans-abris de leur misère ? Notre monde n’est pas durable s’il produit de telles inégalités et autant d’exclus.»

Young constate que l’organisation de ces coupes du monde permet de radicalement modifier la perception des sans-abris : d’exclus et d’ignorés, ils deviennent des sportifs acclamés et demandés par le public réuni en nombre pour les regarder jouer. Et une fois que le public est mobilisé, les médias suivent.

Et pour Young « Une fois que vos enfants ont demandé à des sans-abris de leur signer des autographes et que vous les avez applaudis, vous pensez vraiment que vous continuerez à les ignorer dans la rue ? ». La 9e édition de cette coupe du monde aura lieu l’été prochain à Paris.

12h10 – Changer le monde, l’ambition de Better Place

Comment créer le monde de 2020 ? Autrement formulé, comment vivre et se déplacer sans pétrole lance Shai Agassi, fondateur et PDF de Better Place, un opérateur de réseaux et de services pour véhicules électriques.

L’une des ambitions premières de Better Place n’est rien de moins que de faire disparaitre le pétrole et de le remplacer par des … électrons : « Nous voulons transformer les accrocs au pétrole en accrocs aux électrons. Faire passer le monde de l’héroïne au lait en fait.»



Vous avez sans doute compris que Shai Agassi parle de voitures électriques et de batteries. L’idée part d’un constat simple : le problème des voitures électriques est celui de l’autonomie, le besoin de recharger régulièrement les batteries après avoir parcouru une distance relativement faible.

Et c’est là que Better Place veut innover en proposant un réseau de bornes de recharge où il est possible de remplacer très rapidement une batterie vide par une batterie pleine et ainsi ne pas avoir à attendre le temps de la recharge : en résumé, en prenant 2 minutes pour changer une batterie dans un centre relai, l’autonomie est potentiellement infinie.

Sur la question du prix, le constat est simple : « Le prix des batteries et des composants électriques diminuent rapidement. Le prix du pétrole augmente encore plus rapidement. Le calcul est simple non ?»



Le système est actuellement en test au Danemark, en Israël et en Australie. Il devrait arriver d’ici 3-4 ans en Europe et aux Etats Unis et d’ici fin 2011 pour les premiers usagers en Israël. Le pari est que d’ici 2020, il n’y aura pratiquement plus de nouvelles voitures à essence en Europe.

Mais quel rapport avec Internet ? Le réseau permet au système de fonctionner : les stations de recharge sont connectées à Internet ce qui permet aux usagers de savoir si une batterie est disponible, avec quelle autonomie… En intégrant ces données dans d’autres applications de géolocalisation, toutes les voitures pourront être connectées aux stations : un nouvel exemple d’utilisation pour l’Internet des objets !

11h – Money money money 

Comment lever de l’argent ? Comment séduire un VC ? A quel moment passer d’un investissement en feed à une levée de fond plus structurelle ? Jean-François ‘Jeff" Clavier explique l’une de ses grandes leçons sur la conduite du couple investisseur-patron de start-up : « L’investisseur ne doit pas devenir le patron exécutif … quelque soit son passé d’entrepreneur ! ».

Et, rejoint par Bernard Liautaud, il souligne une tendance émergente, parmi les start-up qu’il a récemment accompagnées : « C’est un signal faible, mais nous sommes désormais confrontés, parfois, à des entrepreneurs qui souhaitent qu’un peu d’argent leur revienne à eux, directement, plutôt qu’à leur boîte, dès les premiers tours de tables. » Le Wall Street Journal Europe a diffusé un très bon billet (plus précis que celui-ci) sur cette nouvelle tendance.

Pendant ce temps là, dans l’atelier d’à côté, il était question de social gaming : compte-rendu à lire chez Marie-Catherine Beuth, sur son blog du Figaro.

10h30 – Foules (sentimentales)

On débute cette journée par une keynote de Yossi Vardi, investisseur auréolé de nombreux succès – pour mieux le situer : vous vous souvenez d’ICQ ? C’était lui, en partie.

Le thème de son intervention nous intéresse énormément, chez RSLN : il est question de la sagesse des foules, appliquée au crowdsourcing. Bref, de l’amateur et de sa place en ligne, thème sur lequel Yossi Vardi est plutôt optimiste. Pas vraiment sur la même ligne que celle d’Andrew Keen, donc. 

[pardon, quelques problèmes de connexion sont passés par là, et nous n’avons pas updaté autant que nous le souhaitions ce matin. les choses devraient aller mieux cet après-midi] 

  • Les échanges en vidéo :

Si vous préférez suivre les conférences en intégralité, c’est en dessous que ça se passe :

 

>> Et pour vous y repérer ….

  •  Notre sélection dans le programme du jour 2 :

– Nous y aurons faire un tour au panel revenant sur la place du social gaming, à 10h30 (Eiffel Plenary II Stage).

– Nous suivrons, sur la scène de la plénière, la session Making a Difference, qui présente plusieurs initiatives utilisant le web à des fins "sociales" (12h10)

– Enfin, nous irons écouter quelques entrepreneurs spécialisés dans l’UGC s’interroger sur le passage d’un âge vers la photo mainstream (à 15h, Eiffel Plenary II Stage).

  •  Et pour suivre la rencontre ailleurs sur le net :

– Le live du jour 2, chez 20minutes.fr
– Chez Frogz, un blog de Microsoft (éditeur de RSLN)
– Sur le blog tech du Wall Street Journal Europe.

  • Le thème l’année : plateforme, plateforme …

Le thème général de l’année, c’est celui des plateformes. Explications : « C’est une tendance de fond, explique Loïc Le Meur, le grand organisateur de la conférence, interrogé par France2.fr la capacité à laisser d’autres créer des applications autour de votre marque. »

Et, à ses yeux, tout ou presque peut devenir plateforme : «Toute la conférence est organisée autour de l’idée d’aider les participants à devenir des plateformes : pour les entreprises, bien sûr, mais également autour du corps comme plateforme », précise-t-il au Figaro.

Pour mémoire, le thème de l’année dernière était celui du realtimeweb, et en 2008, celui de l’amour – nous n’avons pas vraiment trouvé pour les années qui précèdent.

  • Sur le thème de l’année, sur LeWeb, … :

– France Télévisions diffuse des séries vidéos de "3 questions à…", menées par Eric Scherer et Jean-François Fogel
– Le web, forcément ouvert, associé aux navigateurs, est-il mort, tué par ces applications dévoreusesd’internet ? C’était le sens de l’article de Chris Anderson, publié par Wired en août, et que nous avions longuement décrypté.
– L’interview en 140 signes de Loïc Le Meur, par François Bourboulon, des Echos. 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email