NKM tente le « livre politique 2.0 »

7 décembre 2009

(photo : couverture de l’ouvrage "Tu viens ?")

De la politique, évidemment, mais aussi une grande dose de féminisme et d’écologie, le tout profondément ancré dans une visée « prospectiviste » : la secrétaire d’Etat à l’économie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet a publié, mi-octobre, un ouvrage hybride, baptisé « Tu viens ? ».

A l’intérieur des 174 pages ? Des développements sur Antigone et la « désobéissance civile », mais également sur les « crapauds fous », ces « prophètes de bon augure et véritables innovateurs » qui n’hésitent pas à « s’éloigner de la route toute tracée pour parcourir des chemins nouveaux et apprendre à leurs congénères des voies d’avenir », selon la théorie popularisée en 2008 par Pierre de La Coste.

 Mais l’une des particularités de l’ouvrage est une petite ligne, posée au bas de la quatrième de couverture : « Retrouvez l’auteur et partagez des idées avec elle sur www.tuviens.fr », peut-on y lire. Avec la promesse suivante : «Les contributions les plus riches seront rassemblées dans un nouvel ouvrage, collectif. Nous aurons alors écrit ensemble le premier livre politique Web 2.0. » Pourtant, malgré quelques échanges de grande qualité, les internautes semblent hésiter à se lancer dans cette « discussion 2.0 » : elle reste soit une affaire d’initiés, soit se cantonne à un « jeu » autour de la question posée par la ministre.

Sur le site « officiel », d’abord, les contributions ne sont pas très nombreuses – 140 réactions enregistrées début décembre, un mois et demi après le lancement du site : avec 16 commentaires enregistrés pour l’heure, c’est la discussion autour de l’identité des « prophètes » qui réunit le plus de contributions. L’entrée « Qui sont les crapauds fous », enregistre, elle, huit contributions, dont une réaction initiale de Daniel Kaplan suivi d’une contribution de Pierre de La Coste lui-même (lire) … reprise enfin par Nathalie Kosciusko-Morizet (PDF) : le débat existe, mais reste encore au niveau d’experts.

Hors les murs du site internet prévus pour accueillir les contributions, le débat s’est également déroulé, pour partie, sur la blogosphère : plusieurs blogueurs ont relayé l’initiative ministérielle. Mais ils ont plutôt disséqué la tentative « d’interactivité » de la ministre que véritablement joué le jeu des réponses aux six questions posées par la ministre.

 Koztoujours, répond ainsi un « Oui, possible », à la proposition de NKM : « Tout dépend pour quoi. Pour un avenir de sobriété, de sens, oui, possible. Un avenir écologique, numérique ? Possible. Pour essayer de le penser "ensemble". Possible, aussi. » Mais le blogueur, avocat dans le civil, met en garde : « Il faudra m’en dire davantage, tout de même. Parce qu’une agora n’est pas une assemblée… » Un poil taquin, Jules, de Diner’s Room, relève de son côté « qu’inviter à la conversation par un monologue » reste « un défi » …

Nathalie Kosciusko-Morizet se donne jusqu’à la fin du mois de février 2010 pour récolter la matière à la rédaction de son ouvrage collectif de réponse : expérience à suivre.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email