Partage, confort et hyperpersonnalisation : trois voies du tourisme de demain share
back to to

Partage, confort et hyperpersonnalisation : trois voies du tourisme de demain

30 octobre 2014

Son attractivité « se détériore », sa dynamique touristique « s’essouffle »… en mai dernier, la Chambre de commerce et d’industrie Paris-Ile-de-France (CCIP-IDF) n’était pas tendre avec le tourisme francilien qu’elle qualifiait pourtant d’enjeu vital pour la France. La ville lumière s’empoussièrerait, n’insufflerait plus autant de hype et de glamour qu’avant… Une idée que refuse Paris Région Lab en créant cette année Welcome City Lab, le premier incubateur au monde de start-ups du tourisme. RSLN a rencontré les jeunes pousses qui imaginent aujourd’hui le tourisme du futur : carnet de voyage en trois grandes tendances.

L’économie collaborative : économie oui, mais aussi nouveau rapport au voyage

AirBnB l’a montré au monde entier, le numérique vient bouleverser les modèles traditionnels du voyage. Et pas seulement en termes économiques : vivre quelques jours dans la demeure d’un « local », c’est pour le voyageur une expérience tout à fait inédite. Si l’économie reste une motivation forte, comme avec Darjeelin qui trouve pour ses utilisateurs les billets d’avion les moins chers grâce au crowdsourcing de voyageurs-experts, les start-ups du tourisme renouvellent aussi le rapport au voyage. C’est le cas, par exemple, de GoodSpot qui vous met en relation avec les locaux pour découvrir une ville avec eux, partager leurs activités… Un plus pour le voyageur en quête d’authenticité qui ne trouve plus son compte dans les guides papier trop rarement actualisés, et un nouveau business pour les locaux.

Et l’essoufflement de Paris, la faute aux Parigots ? « A Paris, les locaux – les Parisiens – ne partagent pas trop » constate Léa Galice, chef de projet Académie au Welcome City Lab. Redynamiser le tourisme grâce au retour de l’humain est donc un enjeu de taille à l’approche de l’Euro 2016. Paris Région Lab travaille ainsi sur deux axes : une meilleure implication des commerçants dans l’accueil des touristes et des rencontres sous forme de barcamps, sur la fierté d’être Parisien. 

Déjà, des initiatives se mettent en place, comme Theatre In Paris qui veut rendre cet univers si unique du théâtre parisien accessible aux anglophones :

« Avant, vivre l’expérience du théâtre à Paris était impossible pour un étranger. Dommage, car c’était tout un pan de notre culture qui lui échappait ! Désormais, grâce à notre solution de surtitrage, c’est possible, et on voit vraiment la différence. Les touristes en repartent émerveillés. »

A ce jour, deux pièces ont été traduites : Le Tour du monde en 80 jours au Splendid, et Cyrano de Bergerac au Théâtre Michel.

Des services d’hyperpersonnalisation pour être sûr de faire le bon voyage

Vous voyagez trois mois, vous louez votre appartement sur AirBnB (ou Sejourning, son équivalent made in France), mais pas à un seul et même hôte… qui va faire le ménage, assurer la remise des clés, accueillir vos clients…? Pas de panique : le service d’e-conciergerie BnBsitter s’occupe de gérer la logistique à votre place pendant que vous vous prélassez sur une plage thaïlandaise ou chevauchez les steppes mongoles.

Le numérique est un accélérateur de personnalisation, car il permet de répondre plus précisément aux besoins des utilisateurs. C’est le postulat de Parisianist, nouvelle génération de guide touristique qui adapte son offre et ses recommandations aux attentes de chaque utilisateur, ou encore de Simpki qui a pour ambition de « packager l’impackageable » en tenant compte du budget de l’utilisateur, comme le décrit son fondateur Nicolas Viennot : « les offres les plus malignes de transport et d’hébergement ». En un clic, le moteur de recherche révèle toutes les opportunités de tourisme en Europe, qui vous garantiront de ne pas voyager au-dessus de vos moyens. Des services sans doute plutôt destinés aux voyageurs désireux d’avoir une pleine maîtrise de leurs activités, plutôt qu’aux aventuriers en quête d’imprévu, qui se reporteront, eux, à la première catégorie.

Inspiré ? Au contraire, vous aviez une idée dont vous découvrez maintenant qu’elle est déjà en phase d’incubation ? Pas de problème, assure Léa Galice : « le monde est vaste, les marchés nombreux ! On peut avoir une idée similaire et la développer sur une autre zone géographique, en l’adaptant à sa spécificité. »

Alors si pour vous voyager rime avec entreprendre, vous savez ce qu’il vous reste à faire ! En plus d’être un incubateur doté d’un espace de coworking, Welcome City Lab assure assurer une veille pour, notamment, mieux comprendre les comportements des cibles (des voyageurs). Son objectif est aussi de permettre aux startups d’expérimenter leurs produits et service. Enfin, il propose un programme d’animations et de formations dans le but de créer une émulation autours des acteurs de l’écosystème du tourisme.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email