Pierre Haski : « Sur Rue89, nous publions une vingtaine d’articles par jour, il en faudrait cinquante… » share
back to to

Pierre Haski : « Sur Rue89, nous publions une vingtaine d’articles par jour, il en faudrait cinquante… »

15 juin 2010

(Visuel : Les débuts de Rue89 dans le salon de Pierre Haski, au premier semestre 2007)

En 2007, l’équipe de Rue89 tenait sur une table à manger – en l’occurence celle de Pierre Haski, l’un des co-fondateurs du site d’info, ancien de Libération.

Trois ans plus tard, le plus visible des pure-players français – même l’International Herald Tribune y est venu en reportage – s’appuie sur une équipe de vingt personnes. Il s’apprête à lancer un mensuel, et devrait être « bénéficiaire l’an prochain », assure Pierre Haski.

Surtout, il s’est taillé une place de choix dans le paysage de l’info en France. Autant de raisons qui justifiaient largement un entretien en forme de bilan d’étapes, dans le cadre d’un dossier sur l’avenir de l’info que nous préparons actuellement.

RSLNmag.fr : Ce mercredi 16 juin, vous serez en kiosque avec Rue89, le mensuel. Pourquoi ?

Pierre Haski : Nous voulons gagner en notoriété, donner une vie supplémentaire à nos articles tout en mettant en scène sur le papier l’interactivité du site. Concrètement, le magazine reprend 5% des articles du site, qui seront complétés par des infographies. Vendu 3.90 euros, tiré a 87.000 exemplaires, son point d’équilibre sera atteint dès 13.000 exemplaires vendus. On se dit que c’est raisonnable : notre site attire 1,5 million de visiteurs … . 

Vous avez fêté vos trois ans il y a quelques semaines. Financièrement parlant, quel est le bilan ?

Pierre Haski : Nous étions inquiets il y a un an, en raison de la crise. A mi-chemin entre l’ancien système qui s’est écroulé et le nouveau en cours de construction, Rue89 est désormais sur la voie de l’équilibre et nous seront bénéficiaires l’an prochain. Nous sommes les seuls, ce qui est inespéré dans le domaine des pure players.

C’est-à-dire ?

Pierre Haski : Nous avons construit un modèle ad-hoc qui porte ses fruits aujourd’hui : accès gratuit aux contenus, forte composante pub (55% des recettes) et activités complémentaires de services (web agency et formation continue). La formation, lancée l’an dernier, représente un tiers de notre chiffre d’affaires en 2010. C’était la bonne réponse à la crise, d’autant qu’il n’y a pas encore de modèle économique pour un site d’info payant. Et le tout publicitaire ne permet pas de faire vivre une équipe de vingt personnes. 

Rue89 pourrait-il un jour devenir payant ?

Pierre Haski : Nous resterons gratuits, d’autant que personne ne sait ce que les gens sont prêts à payer. Notre modèle  de gratuité des contenus a fait ses preuves, et on ne gagnerait pas en abonnement ce que l’on perdrait en pub si on faisait évoluer notre site vers un modèle payant. Notre priorité est aujourd’hui de développer notre audience.

Et le bilan éditorial ?

Pierre Haski :  Nous avons créé un nouveau média, qui s’est imposé et qui est désormais reconnu. Nous sommes cités, au même titre que Le Monde, dans la revue de presse de France Inter, et pas cantonnés à  la seule case de « la revue du web » … . Nous avons acquis un savoir-faire dans la coproduction de contenus  par des journalistes et des non journalistes. Plutôt que de faire la guerre, on ouvre les portes et les fenêtres à une voix citoyenne qui a envie de s’exprimer,  sous validation journalistique. Nous garantissons la vérification de l’information.

Aujourd’hui, Rue89 compte 2.434 signatures différentes, journalistes inclus. Quelques dizaines de blogueurs sont des contributeurs réguliers et 120.000 personnes sont enregistrées sur notre site. Le lecteur est un corps vivant, il est contributeur, il réagit, il nous dit ce qu’il veut. C’est la vraie révolution d’Internet. Notre valeur ajoutée par rapport aux médias traditionnels réside dans notre capacité à surprendre notre lectorat. Quand ils viennent sur Rue89, les lecteurs s’attendent à trouver quelque chose qu’ils ne cherchaient pas forcément. On offre un contenu que l’on ne trouve pas ailleurs.

Concrètement comment  journalistes et non journalistes travaillent-ils ensemble ?

Pierre Haski : Nos journalistes ont trois casquettes. En plus de la rédaction de leurs articles, ils sont chargés d’en suivre la seconde vie en lisant et répondant aux commentaires, et travaillent avec la communauté pour la production de contenu. Quand on sent que quelqu’un a quelque chose à dire, on lui propose d’écrire pour nous. C’est sur le témoignage que la participation citoyenne est la plus forte.

Sur le problème de l’alcool à l’école, c’est le témoignage d’un professeur qui a été l’article le plus lu, devant ceux rédigés par des journalistes professionnels [à lire ici, NDLR]. Un cheminot nous a raconté sa grève au quotidien via un blog [], et nous avons introduit  un vrai dialogue non stop pendant 15 jours. Près de 150 personnes participent à notre conférence de rédaction hebdomadaire via des chats. C’est devenu un vrai rendez-vous.

Sur quels points souhaitez-vous progresser ? 

Pierre Haski : L’idéal serait que l’enveloppe globale des articles mis en ligne augmente. Nous publions une vingtaine de papiers par jour et il en faudrait cinquante. Par ailleurs, nous couvrons assez peu le sport et des pans entiers de la culture sont encore en friche. A l’origine, nous voulions développer une famille de sous-sites : Sport89, Techno89, Culture89… Nous avons temporairement mis cette idée entre parenthèses en raison de la crise, parce qu’il fallait notamment recruter des équipes dédiées. Notre vocation n’est pas d’avoir une rédaction de 150 journalistes mais plutôt un réseau de partenaires associés. Je crois plus au commando et au réseau qu’aux grandes rédactions.

Edit, 15 juin à 17h30: Le tirage de 87.000 exemplaires est celui du premier numéro, pour lequel le point d’équilibre est plus proche de 20.000 ventes. Le tirage « ne restera pas à ce niveau après ajustements au bout de 3 ou 4 numéros », précise Pierre Haski.

> Pour aller plus loin

– Cet entretien a été réalisé dans le cadre du prochain numéro de Regards sur le numérique version papier, et dans la foulée du colloque organisé notamment par MSN, mi-avril. Nous profitons de la riche actualité de Rue89 pour le publier. La suite du dossier et des entretiens arriveront très rapidement en ligne – accompagnés d’un débat de nos experts.

– En attendant, vous pouvez déjà consulter notre tag "nouveaux médias".

– Et picorer des infos chez quelques pointures sur la question : AFP-Mediawatch, Monday Note, Work in Progress, Electron Libre, la rubrique journalisme et culture numérique chez Owni, … .

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email