Preston McAfee : « Le Cloud sera votre assistant personnel, comprenant vos désirs » share
back to to

Preston McAfee : « Le Cloud sera votre assistant personnel, comprenant vos désirs »

17 juillet 2015

Que change le Cloud pour les entreprises ? Quid de la sécurité des données professionnelles et personnelles ? Alors qu’il était à Paris, début juillet, pour les Etats généraux du Cloud, RSLN a interrogé un témoin privilégié des évolutions et des implications concrètes du Cloud, Preston McAfee, Chief Economist de Microsoft. L’occasion également de se livrer à l’exercice de la prospective…

 

L’industrie informatique a à peine un siècle, et nous entrons probablement déjà dans une nouvelle révolution industrielle avec le Cloud. Qu’est-ce que cela signifie pour les grandes entreprises ?

Preston McAfee : Les changements à venir vont avoir un impact encore plus puissant sur les entreprises que celui qu’a pu avoir l’ordinateur. Nous parlons de masses de données ou Big Data, des apports du machine learning…  En d’autres termes, de l’intelligence ambiante.

En automatisant la plupart des tâches complexes et en traitant de plus en plus d’informations, nous pouvons optimiser de nombreux process, de la sécurité à la production en passant par la logistique et la vente. Quasiment toutes les activités vont être concernées.

Ces changements sont un peu comme une inversion de la chaîne de montage, qui permet aux humains de produire massivement des biens identiques. Demain, nous utiliserons les machines pour des productions très différenciées.

 

Une nouvelle approche du travail est-elle en train d’émerger ?

Preston McAfee : Nous sommes déjà dans une phase où les outils utilisés par la plupart des professions ont évolué, si ce n’est radicalement changé, tous les dix à quinze ans. Aussi, le besoin de poursuivre ses études, de se former sur de nouvelles méthodes de travail, ne va faire que croître dans les prochaines années.  

Les employeurs commencent à visualiser plus nettement quelles sont les compétences de employés et quelles sont celles qui coïncident le mieux à leurs besoins. Les frontières entre entrepreneurs et salariés s’estompent : les entreprises vont de plus en plus faire appel aux talents des free-lances quand le besoin se présentera.

 

Travailler avec une multitude de données, la plupart sensibles ou personnelles, implique d’établir les conditions de la confiance. Quelles sont les meilleures pratiques pour parvenir à faire du Cloud une opportunité bien plus qu’une menace ?

Preston McAfee : Les deux piliers de la confiance sont la transparence et la sécurité. Si les entreprises sont claires et sincères quant à la façon dont elles utilisent les données et les conservent, les conditions de la confiance sont réunies.

 

Comment voyez-vous le Cloud dans cinq ans ? Quelles sont les grandes étapes à venir selon vous ?

Preston McAfee : L’intelligence ambiante me paraît être l’un des bénéfices majeurs dont nous profiterons dans les cinq prochaines années :

  • Nous pourrons avoir l’information dont nous avons besoin quand nous le souhaitons, sans même demander. Tout sera accessible depuis n’importe quel équipement.
  • Nous assisterons à l’automatisation croissante des tâches, souvent sans que cela n’implique que nous le demandions. Par exemple, quand vous manquerez un vol, votre réservation d’hôtel sera automatiquement ajustée selon les circonstances et leurs évolutions.
  • Enfin, nous assisterons à une personnalisation des actions. Concrètement, plutôt que de traiter une parcelle agricole complète avec des pesticides, des capteurs détermineront l’activité des insectes, ce qui permettra de ne traiter que les zones touchées, réduisant de fait le besoin en pesticides tout en augmentant le rendement des cultures.

De la même manière, le Cloud vous comprendra. Il vous offrira des recommandations que personne d’autre ne peut vous proposer. Le Cloud devient un assistant personnel, comprenant vos désirs et agissant dans cette perspective.

 

* Entretien réalisé en partenariat avec Microsoft Ideas

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email