Fashion & Tech Week : quand les nouvelles technos s’immiscent dans la mode share
back to to

Fashion & Tech Week : quand les nouvelles technos s'immiscent dans la mode

29 septembre 2014

Alors que Paris célébrait cette semaine la Fashion week, le NUMA, incubateur parisien de start-up, a pris part à la fête en planifiant de son côté une semaine dédiée à la rencontre entre mode et nouvelles technologies : la Fashion & Tech Week. Des ateliers, conférences, concours de pitchs et show-rooms ont ainsi été mis en place afin d’illustrer l’implication progressive des technologies numériques dans l’industrie textile. Celles-ci sont vouées à modifier en profondeur ce secteur si particulier, aussi bien au niveau de la production que de la distribution et du partage des savoir-faire. 

Entre « rave shirts », montres connectées, et sacs conçus à partir d’imprimantes 3D, l’après-midi du mercredi 24 septembre, dédié à la rencontre entre 5 start-ups et 5 créateurs de mode, a été particulièrement riche en innovations. Parmi les différents pitchs tenus à cette occasion, de nombreux ont pu témoigner de l’alliance entre modes et nouvelles technologies, au même titre que la « robe qui mord », dont vous nous avions parlé. Et laissent présager la création de vêtements de plus en plus « intelligents ».

Être connecté et déconnecté à la fois

Vivre connecté sans être distrait : telle est la promesse de Kovert Designs, agence londonienne spécialisée dans la conception de bijoux connectés. Elle s’adresse à une clientèle de « Millenials », cette frange de la population ultra-connectée et victime de nomophobie, ou peur excessive d’être séparé de son téléphone, et qui passerait 63% de son temps à consulter son mobile en se déplaçant. 

D’où l’idée d’une bague connectée, pour un rééquilibrage entre vie en ligne et vie réelle. Le bijou, connecté par bluetooth à un smartphone, vibre selon les messages ou appels reçus et les classe par degré d’urgence, selon des paramètres déterminés au préalable.

Le partage de savoir-faire au sein d’une communauté geek et créative

Les « rave shirts », T-shirts de soirée créés par Claire Eliot et qui ont pour vocation de s’illuminer tout au long d’une soirée, suivant les mouvements de danse de leur détenteur, ont été créés dans une optique particulière : favoriser l’artisanat électronique, à l’heure où les objets technologiques sont davantage produits à l’échelle industrielle.

Leur conceptrice, n’ayant pas suivi de formation en électronique, s’est appuyée sur une importante communauté geek et sur l’expérience décisive qu’elle a pu avoir en « labs et hackerspaces », selon ses propres termes, afin de recevoir l’apport technique dont elle pouvait avoir besoin.

Les informations nécessaires à la réalisation de ses T-shirts sont disponibles en open source. Une façon de rendre hommage aux hackers qu’elle a côtoyés durant son parcours et de donner une perspective supplémentaire au partage d’idées dans le secteur de la mode.

Et si vous cultiviez vos propres vêtements ?

Pierre Mary, développeur de la Paillasse, et membre du TEXTIlab a fait profiter l’assemblée réunie autour de la table ronde « Demain, les interactions entre technologie et création de mode », d’une veille autour des initiatives mode & tech existantes de par le monde. L’occasion pour lui de dévoiler un projet surprenant mené par Suzanne Lee au sein de la Paillasse autour de la biocouture, ou culture biologique de vêtements.

 

Ce processus met en œuvre la collaboration de différents microorganismes, stimulés afin de créer une membrane à laisser sécher, qui constituera le tissu biologique des vêtements produits. De quoi effectuer une récolte d’un genre particulier, le tissu collecté ayant pour le moment l’aspect d’un cuir végétal, doux au toucher. 

La percée de ces bijoux, montres et autres vêtements à composante technologique auprès du grand public s’oriente pour le moment autour de trois thèmes majeurs : la santé, le sport, et la prise de mesures, dans le cadre de la quantification du soi. Elle laisse augurer la multiplication des collaborations entre adeptes nouvelles technologies et créateurs de mode. Vers une révolution fashion-tech ?

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email