Reportage en « e-Estonie » (4) : et si c’était ça, un Etat moderne ? share
back to to

Reportage en « e-Estonie » (4) : et si c'était ça, un Etat moderne ?

3 juin 2011

Un électeur sur cinq qui vote en ligne un conseil des ministres zéro papier et, de manière générale, une utilisation des nouvelles technos dans la vie politique absolument inégalée : RSLN achève son enquête sur la manière dont l’Estonie donne corps au concept de « citoyenneté électronique », domaine où la jeune République parlementaire a des années-lumières d’avance sur nos pratiques.

La démocratie numérique version estonienne, que nous avons explorée dans nos trois derniers billets, du système d’information surprenant utilisé par les ministres au vote par internet, en passant par la participation citoyenne, c’est un peu la partie émergée de l’iceberg de l’utilisation des nouvelles technos en Estonie. L’élément le plus visible et remarquable, mais qui repose sur un immense processus souterrain.
 
Nous vous livrons ici l’un des points clefs, qui a permis le succès de cette e-démocratie.
 
Vous vous souvenez, par exemple, de la carte d’identité électronique, dont nous vous parlions à propos du vote par internet ?
 
 
Ce n’est là qu’une toute petite partie de ses fonctions. 
 
Equipée d’une carte à puce, elle tient tout à la fois de la carte d’identité traditionnelle, mais également de la carte vitale, et même du pass navigo : « Elle permet de prouver son identité en ligne, comme dans le cas du vote en ligne, mais également de payer ses transports en commun, ou d’accéder à un certain nombre de services bancaires, voire à tout son dossier médical », détaille Anna Hrapovitskaja, du « ICT Demo Center », lieu dédié à la promotion de la « e-Estonie » et véritable cluster des entreprises innovantes du pays.« L’une des prochaines évolutions, cela pourrait être d’en faire une carte bancaire », précise-t-elle-même.
 
Comment une simple carte d’identité, quand même bien elle serait électronique, peut-elle donner accès à des services à la fois publics et privés ? Simple. Côté infrastructure, l’Etat estonien a fait un choix originel fort : il n’a pas centralisé l’ensemble des données de l’Etat dans une seule et unique base de données centrale.
 
L’Etat a alors laissé chaque administration gérer ses propres systèmes de données, recentrant sa mission sur la construction d’un système d’échange entre les différentes bases de données – un middleware, en bon anglicisme.
 
Schématiquement, cela ressemble à ça (cliquez sur l’image pour agrandir) :
 
 
L’enjeu est de permettre à des bases de données publiques et privées de communiquer entre elles. « Le jour où je vais me marrier, l’Etat va changer mon nom à l’Etat civil … et je n’aurais pas besoin de le signaler à ma banque, dont la base de donnée sera automatiquement mise à jour sur ce point », conclut Anna Hrapovitskaja.
 
>> Les résultats
 
La société de l’information version Estonie, c’est un tableau impressionnant :  
 
100%  des écoles et des organisations gouvernementales sont connectées à haut débit,
76% des familles ont un ordinateur à domicile,
74% sont connectées en haut débit,
99% des transactions bancaires sont opérées de manière électronique,
92% des déclarations d’impôts sont faites en ligne, 
1139 WiFi publics couvrent une surface de 45 227km²
 
>> Pour aller plus loin : 
  • Sur RSLN :
Notre série de reportages sur l’e-Estonie sur RSLN :
 
– Une gouvernance public-privé enfin partagée (à venir)
 
– Tous nos articles sur le e-gouvernement, la e-administration, et, thème connexe, l’opendata.
– Pour une « littératie » numérique, par Francis Pisani
 
  • Et ailleurs, en ligne :

– « Building an Inclusive Information Society at the Local Level in Estonia », article de recherche de Liia Laanes, thésarde à l’université d’Helsinki (12 pages, en anglais)  
– « La démocratie électronique : quelles attentes ? », article publiée par La Doumentation Française
– « L’E-stonie : le pays numérique », sur le blog Urbaltic
– Une note de la CNIL de 2006 (attention, données un peu périmées, du coup !), sur les enjeux du vote électronique (PDF).
– Une description générale du vote par internet en Estonie (PDF, anglais)
–  L’Estonie, patrie de la démocratie numérique : un reportage de Stéphane Dreyfus, pour La Croix
Estonie: la politique en temps réel : un reportage de Maud Descamps, pour 20minutes.fr
– Estonie : Législatives du 6 mars 2011 – une note d’analyse de la fondation Robert Schuman)
– La note « Estonia: A Sustainable Success in Networked Readiness? », de Soumitra Dutta (Insead), sur le site du Forum économique mondial (format PDF)
– La dernière édition du rapport annuel du Forum économique mondial sur l’adoption des nouvelles technos : The Global Information Technology Report 2010-2011

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email