Sur la voie du numérique

9 octobre 2009

(Visuel : Gianpaolo Pagni)

La parole à tous aux Ulis

« Depuis 2008, la démocratie participative a été placée au coeur du mandat de la nouvelle administration dirigée par Maud Olivier », explique Patrice Pierre, directeur adjoint à la Communication de la Mairie. « Avec la web TV des Ulis, l’idée est que tout le monde puisse donner son opinion, les contents comme les mécontents, et agir concrètement sur la vie de la cité. » Chiche ! La web TV recueille, via des micros-trottoirs, l’avis des habitants « même si ça ne plaît pas toujours à la municipalité », précise Patrice Pierre. Car, il s’agit ici de chasser la langue de bois et de donner la libre parole aux Ulissiens. « C’est une condition sine qua non pour faire fonctionner la démocratie participative. »

Chaque mois, le site Internet de la Mairie accueille d’ailleurs plus de 15 000 nouveaux visiteurs et la web TV serait en huitième position des pages les plus consultées. « Un score non négligeable pour une ville de 25 000 habitants », note Benoît Godefert, en charge du développement au service informatique de la Mairie.

Épinal à l’avant-garde

En 1997, dès son arrivée à la Mairie d’Épinal, Michel Heinrich crée une délégation à la communication multimédia, et décide qu’il faut « devancer l’arrivée des nouvelles technologies ». Dix ans plus tard, le bilan de la Ville est éloquent. En matière d’e-administration, plus d’une démarche sur deux (fiche d’état civil, certificat de naissance, etc.) est faite sur Internet. Le service de l’état civil s’est même doté d’un logiciel maison. « Certes, en raison d’un dispositif juridique, la dématérialisation de la procédure n’est pas totale », reconnaît le maire, « l’envoi des demandes ne peut encore se faire que par la poste. Mais elle est en bonne voie. »

En matière d’e-gouvernance, le site de la Mairie a ouvert un « Portail des quartiers » pour permettre aux membres des comités d’intérêt, ces conseils de quartier qui fédèrent les habitants, de débattre de toutes les questions de démocratie locale, des besoins en équipement à la gestion des travaux de voirie. En outre, aujourd’hui, tous les comptes rendus des conseils municipaux sont en ligne et les citoyens sont invités à réagir. « Il existe une vraie différence entre l’email et le courrier », note à ce propos Michel Heinrich. « L’email est souvent plus agressif, car il résulte d’une réaction spontanée. Du coup, il nous donne une bonne idée du niveau de passion suscitée par telle ou telle question. » Prochaine étape : connecter toute la ville d’Épinal au très haut débit. Un pas de plus vers le tout-numérique.
(Alice Grassel)

Bruges : des élus connectés en permanence

Bruges, près de Bordeaux, n’a cessé de s’agrandir au cours des dix dernières Bruges : des élus connectés en permanence Bruges, près de Bordeaux, n’a cessé de s’agrandir au cours des dix dernières années. La présence d’une zone de fret international et l’actuelle concrétisation d’une zone d’aménagement concerté ont contribué à son expansion territoriale et démographique (+ 2500 habitants en trois ans).

Les services de la Ville se sont alors retrouvés disséminés sur des sites éloignés, ce qui a considérablement compliqué leur communication et leur efficacité. « Le premier objectif a donc été de raccorder ces sites entre eux par la mise en place d’un réseau Intranet », explique Pierre Traverso, directeur des services informatiques de la Mairie.

Créé il y a trois ans, il a notamment permis de fédérer les répertoires bureautiques et a ouvert des passerelles entre les services. Chacun des 400 agents de la Mairie accède désormais, en tout lieu, à l’ensemble de ses outils personnels via sa boîte mail et son téléphone mobile. À titre d’exemple, quand Bernard Seurot, le maire de la ville, est en Espagne pour un comité de jumelage, il reçoit, en temps réel les messages et demandes de rendez-vous.

Partout où il se trouve, il reste ainsi connecté avec son administration et les citoyens de sa commune. « Tout cela peut ,de prime abord, avoir un petit côté gadget mais, en réalité, ces outils sont essentiels. Ils permettent de mieux travailler au service des administrés », conclut Pierre Traverso.

> Pour aller plus loin : tous les articles du dossier « Le temps de l’hypercitoyen » :

Le temps de l’hypercitoyen

Vers l’atomisation de l’espace public ?

Jun, la démocratie version digitale

Howard Dean : « Internet est l’invention la plus bénéfique pour la démocratie depuis l’imprimerie »

Trois questions à… André Santini

 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email