Un jour de tweets à Paris

23 avril 2013

« J’avoue j’avoue
De vous à nous
Paris rend fou
Et j’en suis folle ! »

Il a plu des mini-messages comme celui-ci à Paris, ce vendredi 17 avril dernier. À 14 heures sur la place de la Bastille, Philippe, comédien de son état, déclamait les 134 tweets reçus des Parisiens sur le mot-dièse #jdtap. Tant de tweets à lire, cela doit bien l’occuper une heure ? Eh bien non : « J’en fais le tour en 4 minutes : je commence à les connaître par coeur ! Mais de nouveaux arrivent sans cesse ».

Pour les passants (pas si) pressés qui avaient quatre minutes à « perdre » ce jour-là, c’était un possible instant de grâce : invités à imiter Georges Perec et sa tentative d’épuisement d’un lieu parisien, les Parisiens ont rivalisé de poésie pour Un jour de tweets à Paris, l’opération imaginée par leur ville Capitale.

Et écouter ces nano-poèmes inspirés des Haïkus japonais, envoyés par les amoureux des bancs publics inclinait au ravissement, comme en témoigne un passant : 

« C’est comme la prière, on en a besoin chaque jour ! »

 

 
Pour s’assurer qu’aucune grossièreté ne passerait dans la bouche de l’un des six crieurs de rue postés à divers endroits de la capitale, c’est au quartier général du département numérique de la ville de Paris que les choses se sont passées : 

Noémie Buffault, « l’animatrice de conversations interactives » de la ville de Paris, explique que, derrière la manifestation, l’idée était de jouer sur l’écrit et l’oral, mais aussi sur les temps : le temps réel avec Twitter – mais aussi via la web-radio de la Ville qui rediffusait également les plus beaux tweets – et un temps plus long avec l’édition d’un livre collector « pour faire passer à la postérité ce témoignage unique d’une journée parisienne de 2013 ».

L’opération, qui doit faire la promotion de l’action de Paris sur les réseaux sociaux, arrive à un moment où l’oiseau bleu n’a plus de secret pour les Parisiens : une étude Comscore de mars 2013 a recensé 1,2 millions d’utilisateurs de Twitter en région parisienne, ce qui en fait la 7ème métropole la plus active sur ce réseau social. 

Un niveau d’aisance que confirme Philippe, le crieur des rues : 

« Tout le monde comprend quand je parle de Twitter. Même les personnes âgées savent de quoi il s’agit ».

La récompense du comédien ? Voir des jeunes venus l’écouter dégainer leur smartphone et se créer un compte sur le réseau pour participer !
 

 

Mais qu’est-ce que les Parisiens ont bien pu trouver à raconter ce jour-là ? Voici une petite sociologie de ces « Twitis parisiens » :
 

– Les poètes, parfois blagueurs : 

– Les commentateurs de la vie parisienne :

– Des reporters multimédia et tous terrains :  

– Mais aussi (c’est de bonne guerre ?) quelques militants ironiques : 

 

 

Et que les tête-en-l’air qui auraient oublié d’aller à l’événement ou ceux qui n’ont pu venir se rassurent : une nouvelle édition pourrait être prévue l’an prochain.

 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email