« Vous allez chez Twitter ? Arrêtez-vous chez nous … » share
back to to

« Vous allez chez Twitter ? Arrêtez-vous chez nous ... »

16 novembre 2010

C’est un peu la théorie du passager clandestin, mais revue et adaptée pour s’adapter à l’écosystème des start-up.

Dans un article très détaillé, le New York Times raconte comment, et pourquoi, plusieurs jeunes start-up américaines font tout pour s’installer, ces derniers temps, au 795, Folsom Street, à San Francisco. Soit, pourtant, un immeuble de bureaux pas franchement au top, qui ne dispose pas de self et encore moins de salle de gym.  

Oui mais voilà : Twitter y loue deux étages de bureaux. Et cela suffit à y faire régner un esprit particulier, d’ailleurs résumé par Biz Stones, le co-fondateur de Twitter lui-même, par un petit mot simple : « Mojo ».

Entendez-par là que lesdites start-up, comme Storify (description en français) ou Liquid Traffic, une société de webmarketing, font tout pour grapiller un peu de l’esprit, et des rencontres, qui règnent autour de Twitter.
 
Cela peut être très concret, comme le détaille Joe Fernandez, CEO de Klout : il raconte ainsi avoir profité de la visite de Robert Scoble ou de l’un des patrons d’Edelman pour … les apostropher sur Twitter. Et leur proposer de faire un petit tour par leurs bureaux, lors de leur rendez-vous chez Twitter. Avec succès.
 
Mieux encore – même si l’on flirte avec la limite de l’espionnage industriel : 
« [Parfois, je prends l’ascenceur, et je monte faire une petite visite chez Twitter]. Je pose des questions sur le développement technique, sur des outils. Et on me répond. En fait, je pense que la personne qui s’occupe du front desk … pense que je travaille chez Twitter. »
Un effet isolé ? Pas sûr. Le NYT interroge Mark Muro, l’un des chercheurs de la Brookings Institution (think-tank plutôt démocrate). Qui n’hésite pas à comparer ce néo-cluster de la Silicon Valley à celui qui a été observé autour de l’industrie du disque, au Brill Building de Broadway : 
« Dans certains cas, pour des start-ups qui sont dans des business qui évoluent très rapidement, la proximité d’une pièce ou d’un ascenseur peut jouer. »
 
> Pour aller plus loin …
 
– Sur cette question, vous pouvez relire notre tout premier débat : Une Silicon Valley en Europe : Arlésienne, mirage ou objectif à court terme ?, ainsi que sa synthèse

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email