« Codeurs civiques », pour un numérique solidaire aux Philippines : c’est maintenant ! share
back to to

"Codeurs civiques", pour un numérique solidaire aux Philippines : c'est maintenant !

12 novembre 2013

Cette semaine est marquée par la catastrophe naturelle de grande envergure – le typhon Haiyan : comment la communauté numérique peut-elle contribuer à l’aide humanitaire ?

Tirer parti des données ouvertes – c’est ce que fait @KatBorlongan co-fondatrice de l’agence Five by Five. Mais son engagement numérique ne s’arrête pas à l’ouverture des données et leur exploitation, il s’intègre à un projet plus large en étroite corrélation avec les enjeux d’économie sociale et solidaire et le développement des communautés de développeurs : la construction d’un « numérique humanitaire ». Dans cette perspective, elle a lancé – notamment avec Reuben Katz (fondateur de GeekList) – un appel aux « codeurs civiques » pour aider l’action humanitaire dans les Philippines faisant suite au typhon Haiyan. Un appel qui a déjà soulevé la toile et est rapporté dans le magazine Wired.

> Un appel aux développeurs

« Le typhon le plus puissant qui ait jamais frappé la terre est en train de ravager les Philippines. Des milliers de personnes ont été déplacées et des milliers d’autres vont se retrouver sans abris, affamés, malades et blessés gravement. Traditionnellement, quand nous appelons au secours, nous nous tournons vers les ONG pour la nourriture, les médicaments ou de l’argent. Cette fois-ci, nous sommes à la recherche de développeurs ».

Ce sont les mots de Kat Borlongan dans son appel à l’aide à destination de la communauté des développeurs. Ils reflètent le nouveau triptyque porté par les codeurs : créer de nouvelles passerelles entre les communautés de techniciens, les actions humanitaires et l’économie sociale et solidaire.

Cet « appel aux codeurs » a pour objectif de réunir les hackers afin de cartographier les problèmes humanitaires à relever, et de piloter/guider les ONGs sur place.

Il s’agit ainsi de :

– dresser des listes de recensement des blessés et morts au travers d’applications compilant et actualisant au maximum les informations (comme Bangon Philippines),

– de gérer les ressources humanitaires via des cartographies indiquant en temps réel les appels d’urgence (l’application Relief Center). L’idée étant d’optimiser le temps des déplacements et d’identifier les secours les plus proches des zones sensibles.

– de mettre à jour les informations et fil d’actualités sur les personnes nécessitant de l’aide de manière automatique et en flux tendu. On pense notamment au compte Twitter @govph, le fil de la gazette officielle de la République des Philippines. 

Il est également question de centraliser les données pour un meilleur management humanitaire. Ainsi, le premier réseau social pour développeurs, Geeklist a mis en ligne un document collaboratif concernant l’urgence des projets techniques à mettre en place. Comme tout document collaboratif, il peut être complété par les développeurs souhaitant accompagner le travail humanitaire.

Un hackathon a également débuté sous le nom de #hack4good afin de booster la création d’applications ou de sites, comme la création d’un site pour relever les personnes à retrouver.

Ainsi, grâce notamment à la géolocalisation, le technicien est pensé comme un médiateur informationnel à part entière et comme un élément particulièrement structurant concernant la gestion des crises humanitaires post-traumatiques. 

Pour en savoir plus sur l’appel à la communauté technologique, c’est ici avec l’article de Wired.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email