Comment expliquer la suprématie des chats sur Internet ? share
back to to

Comment expliquer la suprématie des chats sur Internet ?

18 mars 2014

Vous n’avez pas pu leur échapper. Lolcats, Gifs, NyanCat, Cat Bearding ou encore le désormais célèbre Grumpy Cat : les petits félins dominent la toile et les internautes leur vouent un véritable culte. Mais comment expliquer une telle passion ? C’est la question que s’est posée Jack Sheperd, « le dresseur » d’animaux en charge de la rubrique sur le site BuzzFeed, dans les colonnes du Guardian.

Sur les réseaux sociaux ou les plateformes de partage de vidéos, leurs aventures et leurs faux pas ravissent les internautes du monde entier. Les petites bêtes alimentent même de nombreuses obsessions : l’année dernière, la très sérieuse BBC publiait une carte interactive, La vie secrète des chats, qui permet de suivre les déplacements de nos animaux de compagnies pendant la journée.

Alors, pourquoi un tel amour ? Selon Jack Sheperd, c’est la spontanéité avec laquelle ils agissent et qui poussent leurs propriétaires à les filmer ou les prendre en photo. Autant de contenus qui intronisent les petits félins comme les rois du Web. Il explique :

« Quand un chat fait quelque chose, c’est parce qu’il sent que c’est la bonne chose à faire à ce moment-là. […] C’est cool, sans effort, et ils se fichent de ce que vous pouvez en penser. L’Art pour l’amour de l’Art. »

Mais il avoue qu’il s’agit surtout d’une tendance chez les producteurs de contenus en ligne :

« En regardant les données, on constate que les lecteurs sont tout aussi enclins à faire des recherches sur les chiens que sur les chats. Désormais, […] la théorie qui veut que les gens comme moi, qui écrivent à propos des animaux sur Internet, ont adhéré au ‘matraquage de chat’ sans vraiment se questionner est assez plausible. »

Alors, les rédacteurs web sont-ils les premières victimes d’une tendance qu’ils auto-entretiennent ? Il semble que ce soit l’aveu confessé par Jack Sheperd.

Et pour ceux qui penseraient que la « veille » de contenus dédiés aux chats est chronophage, elle a pourtant prouvé ses bienfaits. En octobre 2012, une étude scientifique japonaise démontrait que les LOLcats (voir ci-dessous), augmentent la productivité des salariés.

Pour retrouver tout l’article du Guardian, c’est ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email