Comment Instagram change la mode

11 avril 2014

Depuis dix ans, les photos prises pendant les défilés de mode attestent d’un changement radical, qui n’a toutefois rien à voir avec l’évolution des collections : les visages des spectacteurs, autrefois plongés dans la pénombre, sont désormais éclairés… par leur smartphones. A l’aide de leur mobile, ils racontent en images le show sur le réseau social Instagram. Une nouveauté qui bouleverse le rapport qu’entretient la mode avec le public mais aussi les créateurs, selon un article du New York Times.

Quand Daniele Sherman, directrice artistique d’Edun, a proposé de prêter des smartphones aux spectateurs pour filmer un défilé, son équipe n’a pas sourcillé. Depuis quelques années, il est courant de voir du premier au dernier rang, une armée d’écrans saisissant le moindre instant du défilé, au point que ces photographes amateurs en viendraient à remplacer les professionnels.

Alors qu’elle travaille régulièrement avec de grands noms de la photographie comme Peter Lindbergh, la créatrice Carlyne Cerf de Dudzeele a ainsi privilégié Instagram pour présenter sa dernière collection. Les raisons sont variées : aujourd’hui les photos sont régulièrement retouchées via un filtre seulement, de plus les budgets sont largement revus à la baisse et ne permettent pas d’embaucher tout le personnel nécessaire.

Mais son enthousiasme n’est pas partagé par tous. Agacés par cette médiatisation d’un genre nouveau, les stylistes Tom Ford et Phoebe Philoont déjà fait interdire les smartphones lors de certains de leurs défilés. Selon eux, ce phénomène de démocratisation de la haute-couture va à l’encontre des caractéristiques distinctives des maisons, leur inaccessibilité et leur rareté.

 

Malgré ces réfractaires, certains professionnels pensent les shows pour les photographies du public. Pour Rei Kawabuko, directrice artistique de Comme des Garçons : « l’avenir [de la mode] serait en deux dimensions. »

Car outre les défilés, c’est aussi les créations elles-mêmes qui s’adaptent à cette nouvelle tendance. Tiziana Cadrini, contributrice chez Vogue déclare ainsi que « dans les collections désormais, tout est plat, et c’est définitivement le web qui a changé cela ».

Si certains se plaignent d’un appauvrissement de la compréhension de l’art des créateurs – les images de smartphones ne restituant pas la subtilité des coupes et la beauté des matières -, d’autres estiment qu’elles contribuent à propager la culture. Une jeune Ukrainienne peut ainsi découvrir l’inspiration architecturale du créateur de Givenchy via les photos qu’il diffuse sur son compte Instagram. Et nul doute que ce genre de pratique contribue au rayonnement de la mode, au lieu de l’anéantir.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email