Comment notre cerveau s’adapte à la lecture numérique share
back to to

Comment notre cerveau s'adapte à la lecture numérique

15 avril 2014

Dictature du temps court et économie de l’attention, le web laisse de moins en moins de temps au temps et c’est notre cerveau qui pourrait bien en être affecté. C’est ce que nous révèle le Washington Post en consacrant un (très long) article à nos habitudes de lecture sur support numérique.

En effet, bien loin de stimuler et d’enrichir notre activité cérébrale, les tentations hypertextes rencontrées sur un article en ligne tendraient à créer de la confusion dans la lecture. A force de rebonds, nous parcourons le web sans vraiment nous imprégner de ses contenus. Pis, nous serions dès lors incapable de nous concentrer sur des contenus physiques qui demandent une pleine attention, ce qui inquiète Maryanne Wolf et Andrew Dillon, des chercheurs en neurosciences interrogés par le Washington Post :

« Les humains semblent développer des cerveaux digitaux avec des nouveaux circuits pour parcourir le torrent d’informations en ligne. Cette méthode de lecture alternative défie le très traditionnel circuit de lecture que nous avons développé depuis des millénaires. »

Il serait facile d’opposer lecture papier et lecture sur écran : les deux clans sont déjà divisés. Les défenseurs du premier s’accordent déjà pour défendre une pratique plus lente de la lecture, le slow reading, pour faire écho à la slow food. Mais pour dépasser le clivage qui sépare ces deux supports, le défi des rédacteurs web reste bien de jouer des complémentarités, de s’inspirer du meilleur des deux mondes grâce à des formats innovants et captivants (articles multimédia, data-visualisation…) qui nous font repenser nos manières de consommer l’information et nos pratiques de lecture. 

Pas de panique cependant si vous pensez être atteint, le mal n’est pas incurable. Le cerveau a une faculté d’adaptation telle qui ne lui faut que quelques semaines pour se réhabituer à lire avec attention. Vous pouvez d’ailleurs commencer par l’article du Washington Post.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email