Coquillages, crustacés et Wi-Fi

26 juillet 2013

Juillet et aout, deux mois pendant lesquels au moins 62 % des Français partiront en vacances. Et qui dit vacances pourrait dire, dans un monde où l’accélération du temps est conséquente, nouvelles technologies remisées au fond des placards. Pour le philosophe Hartmut Rosa, l’accélération – et la technologie – a en effet un seul bémol

« […]vous ne pouvez pas distendre le cadre temporel. Une journée dure toujours vingt-quatre heures. Nous devons faire tenir toujours davantage d’échanges et d’actions dans cette journée si nous voulons progresser d’une année sur l’autre.« 

L’occasion en vacances de changer d’échelle de temps. Et pourtant une étude Harris Interactive réalisée pour Expedia.fr, l’agence de voyages en ligne, sur plus de 8600 questionnaires dans 21 pays, révèle que 75 % des vacanciers français trouvent le Wi-Fi primordial sur la plage : pour lire ses mails personnels, surfer sur le web – à défaut de surfer sur l’eau – ou pour 8 % aller vérifier leurs mails professionnels.

Il est critère déterminant pour 18 % des Français, toutefois loin derrière les chiffres des autres pays du globe : 27 % des Italiens, 39 % des Américains et Canadiens et 54 % des Brésiliens y voit une condition sine qua non.

Des conseils glanés aux – nombreux – récits numériques au retour

Si pour un quart de la population mondiale, les avis postés sur les réseaux sociaux sont une source importante de choix de destination, les Français restent méfiants et ne sont que 16 % à s’y référer pour déterminer leurs vacances. Contre 45 % de la population malaisienne.

Et le retour constitue le moment de partage le plus grand. Loin des séances de diaporama dans un salon plongé dans le noir, le partage de photos sur les réseaux sociaux n’est pas non plus le moyen préféré des vacanciers pour faire profiter autrui de leur maillot de bain : 40 % de la population mondiale « ne veut pas du tout voir de photos personnelles en tenue de plage se balader sur les réseaux sociaux » précise le communiqué. Et 64 % pour les Français. Une façon de protéger leur vie privée numérique ?

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email