Rendre la ville accessible aux non-voyants grâce au crowdsourcing et à l’open data share
back to to

Rendre la ville accessible aux non-voyants grâce au crowdsourcing et à l'open data

13 août 2015
12 000 feux de circulation à New York, mais une centaine seulement dotés de signaux sonores pour les non-voyants : c’est l’une des inégalités de l’expérience urbaine contre laquelle une application entend s’attaquer… Explications avec Fast CoExist.

« Les urbanistes d’antan ne pensaient pas au caractère agressif des villes pour les personnes en situation de handicap », estime Vlad Sitnikov, directeur créatif de l’application SeeLight. Et si les villes actuelles en portent encore les stigmates, crowdsourcing et open data peuvent aujourd’hui réduire la fracture que subissent notamment les citadins en déficience visuelle.

L’application See Light permet à tout un chacun de renseigner la localisation des passages piétons ou les temps de traversée de ces derniers. Des informations très utiles – voire vitales – pour les aveugles et mal-voyants, qui leur sont notifiées via leur smartphone. Les données des pouvoirs publics (concernant en particulier la présence de travaux sur la chaussée ou leur durée) peuvent également être ajoutées à l’application. Pour une ville plus accessible à tous ?

Plus d’informations avec Fast CoExist.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email