Des « Monuments Men » du numérique luttent contre les destructions de Daesh share
back to to

Des « Monuments Men » du numérique luttent contre les destructions de Daesh

1 décembre 2015

En Syrie, en Libye ou en Irak, Daesh a déjà frappé de nombreux lieux d’histoire et de culture. Mais une équipe de « Monuments Men » n’entend pas rester sans agir face à la destruction de ce patrimoine inestimable. Ars Technica explique leur démarche.

« À travers la destruction des sites historiques, l’Etat Islamique cherche à détruire la mémoire. Mais si nous parvenons à la préserver, avec des scans 3D par exemple, nous pouvons contrecarrer ce plan d’amnésie galopante », explique Stefan Weber du Musée d’Arts Islamiques de Berlin.

Quand pas une seule semaine ne passe sans que soit diffusée une nouvelle vidéo de dévastation culturelle par l’Etat Islamique – dont le trafic d’oeuvres d’arts antiques est par ailleurs la deuxième source de revenus après le pétrole -, de plus en plus d’activistes se sont donnés une mission proche de celle des Monuments Men de la Seconde Guerre mondiale qui chassaient les oeuvres d’art volées par les nazis. L’ambition ? Sauver une partie la culture mondiale de la destruction à l’heure où, selon l’ancien Directeur de l’Unesco Francesco Bandarin, les menaces qui pèsent sur celle-ci ont atteint une dimension inédite du fait de la multiplication des conflits.

CyArk, l’une des ONG les plus actives, a par exemple mis au service de cette cause des scanners 3D, des drones, des caméras HD à 360° ou encore des imprimantes 3D, associés aux dernières technologies de modélisations, restituées en accès libre. Project Anqa s’attache de son côté à reconstruire virtuellement la cité antique de Palmyre, dont plusieurs joyaux architecturaux ont été détruits au cours des derniers mois.

Dans les trois ans à venir, CyArk et ses Monument Men prévoient de préserver numériquement plus de 500 lieux classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Plus d’informations avec Ars Technica.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email