Cybersécurité : le gouvernement américain peine à recruter des hackers share
back to to

Cybersécurité : le gouvernement américain peine à recruter des hackers

27 octobre 2015

Particulièrement exposé aux cyberattaques, le gouvernement américain n’arrive pas à faire grossir ses effectifs d’experts en sécurité informatique. Explications avec un article du Washington Post.

Malgré leurs tentatives de séduction, les équipes de cybersécurité du  gouvernement américain ne parviennent pas à recruter. En juillet, 52 des 134 postes d’ingénieur informatique du programme de cybersécurité du FBI n’avaient ainsi pas trouvé preneur

Concurrencé par l’attractivité des géants de la tech, le gouvernement américain mise sur l’intérêt de ses missions et du privilège d’être au service de la défense des Etats-Unis. Mais l’argument reste faible par rapport aux autres propositions, notamment de salaire, dont font l’objet les hackers. 

« Très sincèrement, nous ne serons pas en mesure de nous mettre au niveau de certaines des opportunités proposées par le secteur privé sur le plan financier », confirme Alejandro Mayorkas, haut fonctionnaire du Département de la Sécurité Intérieure

Difficulté supplémentaire : le parcours des potentielles recrues du gouvernement se doit d’être irréprochable, ce qui s’avère quelque peu paradoxal au vu des profils recherchés, selon le Washington Post.

La différence de culture entre les deux milieux s’avère d’autant plus difficile à vivre que les compétences techniques ont tendance à être dénigrées dans l’atmosphère bureaucratique de Washington.

Un tableau qui ne doit cependant pas faire perdre de vue les progrès réalisés par le gouvernement, tel que le recrutement d’Ed Felten, ponte de la cybersécurité et professeur à Princeton, au sein de l’administration Obama en mai 2015.

Plus d’informations avec l’article du Washington Post

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email